Voyage : 8 tendances qui marqueront 2022

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Les centres d’intérêt et les activités touristiques font le ménage dans une année que la maladie Covid-19 a re-marquée. Au cœur de ces qualités : la liberté, le travail et le territoire.

Privilégier des vacances flexibles

Privilégier des vacances flexibles

Planifier vos vacances à l’avance, c’est pratiquement choisir une option relaxante. Mais au temps du Covid-19, l’imprévu est de mise : la fermeture des frontières, l’annulation des réservations, les mesures de quarantaine… Autant de raisons qui poussent de nombreux Français à choisir un voyage simple. Selon l’agence de voyage Tourlane, 87% d’entre eux privilégient le coût et la flexibilité lors de la réservation de leur voyage. Une tendance qui devrait se poursuivre, estime Pascal Capellari, directeur de l’école de tourisme Excelia : « La recherche du changement climatique est une tendance qui se développe chez les voyageurs. Les hôteliers s’adaptent en proposant de nombreuses offres annulables. »

Lancé avant le Covid-19, en février 2019, le programme de fidélité ALL – Accor Live Limitless propose par exemple une offre qui garantit une annulation gratuite jusqu’à la date d’arrivée. Un système de réservation également apprécié des clients depuis la mise en place des mesures sanitaires à travers le monde. Airbnb, qui connaît un grand succès malgré l’épidémie, propose un bouton « annulation gratuite » parmi ses filtres. Les voyageurs tentés par ce type de réservation de dernière minute bénéficieront de cette action de la plateforme américaine (« I’m flexible »), leur permettant de choisir un hébergement en fonction du type d’hébergement et non en fonction de la date d’arrivée non.

Lire aussi Jours fériés 2022 : Fête nationale, devinez, quels sont les prochains jours en France ?

Séparer loisirs et travail

Séparer loisirs et travail

Alors que 2021 est synonyme de travail mobile et de « nomadisme numérique », 2022 sera l’occasion pour de nombreux voyageurs français de se déconnecter du travail. Le site Booking.com a publié une étude qui recense la nature des déplacements qui montre que 68% des internautes préfèrent désormais les vacances aux courtes vacances, mais qu’ils sont interrompus du travail. Aussi, l’étude annonce que ces voyageurs recherchent avant tout des vacances qui favorisent des vacances « de qualité » (c’est-à-dire sans stress extérieur). Alors, pour une fête réussie, détruisez la trappe.

Opter pour d’autres modes de transport et d’itinérance

Opter pour d'autres modes de transport et d'itinérance

Être maître de son trajet en véhicule offre de nombreux avantages : indépendance, choix du parcours et dépaysement. Autant d’arguments qui satisfont de nombreux vacanciers. Fini la dépendance aux transports en commun, les attentes interminables pour les dortoirs et les embouteillages.

La tendance confirmée avec l’augmentation du nombre de locations de voitures s’est inversée, comme l’explique dans le Figaro Benoît Panel, fondateur et PDG de Yescapa, société de location et de location de voitures entre particuliers : « Les vacanciers ont de moins en moins de boissons à refuser à bord d’un avion avec Covid. Ils veulent se faire plaisir un court instant. La voiture est une autre façon de l’utiliser : c’est abordable d’un point de vue économique, ça permet d’éviter les foules et de profiter au maximum des loisirs d’intérieur du tour » il a dit.

L’occasion de découvrir (ou redécouvrir) de nombreuses régions de France par elles-mêmes, comme la Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Nouvelle-Aquitaine ou la Bretagne, lieux particulièrement appréciés des clients de cette plateforme de location interpersonnelle. Après avoir enregistré près de 127 000 demandes de réservation de mai à août 2021, la société bordelaise s’attend à une nouvelle hausse en 2022 : « Covid ou pas, la demande est imparable ». une nouvelle forme de tourisme qui est en train d’émerger », a déclaré Benoît Panel.

Lire aussi Tourisme : retour à la grâce du nomadisme

Sélectionner des destinations moins fréquentées

Sélectionner des destinations moins fréquentées

Quoi de pire que de se retrouver à destination et de constater que l’endroit est devenu une victime de touristes surpeuplés ? Vous ne pouvez pas profiter de votre séjour autant que vous le devriez, à moins que les stations elles-mêmes ne prennent des mesures préventives ? Ce sera le cas pour la première fois en France dans de nombreux lieux prisés des vacanciers en 2022 : entre Marseille et Cassis, le parc des Calanques établira dès 2022 la norme quotidienne pour les touristes de 200 à 300 personnes plus grandes. Idem du côté de l’île de Porquerolles, qui l’été dernier ne permettait pas plus de 6000 touristes par jour dans le pays certains jours.

Ailleurs en Europe, l’île de Majorque (Espagne) limitera le nombre de navires autorisés à séjourner à proximité de ses eaux à partir de 2022 pendant cinq ans. Une façon pour ces lieux de préserver leur biodiversité et de réduire au maximum la formation de groupes Covid-19, et l’occasion pour les touristes de souffler.

Lire la suiteQuotas, taxes, interdictions… 12 endroits où interdire le tourisme

Passer au tourisme responsable

Après les soucis de l’environnement et de l’environnement en 2021, le respect des lieux et de la population locale entre en jeu en 2022. L’ouverture montre que 56% des voyageurs français interrogés souhaitent « de vraies expériences qui représentent la culture là où ils vont ». L’attitude envers le respect de l’environnement et de la culture locale : « Ce type de tourisme est devenu une priorité, notamment chez les millenials. Environ 71% des jeunes Français veulent que leur argent profite à la communauté locale, en France et à l’étranger », a déclaré Pascal Capellari, faisant référence aux travaux des chercheurs d’Excelia.

À Lire  CroisiEurope : j'ai testé pour vous une croisière au départ de Venise

De nouvelles plateformes de collaboration font des percées rapides à l’étranger. MakeYourTripBetter, fondée par Olivier Gibouin, 43 ans, ancien directeur financier, met directement en relation voyageurs et locaux « sur la base d’un système d’évaluation mutuelle ». Greengo.voyage, lancé par un jeune technologue, Guillaume Jouffre, 29 ans, se veut une alternative à Booking et Airbnb, « avec des offres de qualité, des commissions honnêtes et de bons paiements aux hôtes ». Ce service privilégie le local au distant… Et le train à l’avion.

» LIRE AUSSI – Tourisme responsable

Voyager près de chez soi

Les sprints ne sont pas soumis à des exigences de kilométrage. A l’heure où l’éloignement règne, on oublie parfois qu’il est possible de s’amuser près de chez soi. Cette alternative a un nom : résidence, l’abréviation anglaise de résidence, séjour, et repos, vacances. Une mode née en Amérique, ressuscitée après la crise financière de 2008 et la nécessité de faire des économies sur les vacances. Ces services sont rendus possibles grâce à des plateformes de réservation en ligne comme Staycation, qui tire en fait son nom de ce service, et propose des séjours avec une remise d’environ 70% dans les meilleurs centres de Paris, Lyon ou Bordeaux. « Après avoir passé la nuit dans un bel hôtel, le but est de proposer une expérience unique, immédiate et transformatrice » expliquait son fondateur Mathieu Dugast au Figaro en 2019. Une autre façon de voyager, plus recherchée par les Français depuis le Covid pour mener leur quotidien d’une manière différente, pour un temps différent.

Lire la liste de France : guide de voyage Le Figaro

Favoriser des vacances « actives »

En voyage, la joie de vivre repose souvent sur l’activité physique. Quoi de mieux que de combiner vacances et activités sportives ? Selon Tourlane, environ 17% des Français aiment ce type de voyage. Balades à vélo, randonnées ou ski… Les idées d’activités ne manquent pas, ainsi que les choses à proposer.

Près de vingt ans après la première expérience de la marche, Decathlon revient dans le domaine du tourisme. Le leader du sportswear français propose donc une plateforme digitale à partir de juillet 2021, qui vise avant tout le début des sportifs, baptisée « Decathlon Journey », qui permet aux vacanciers de choisir parmi les événements de nombreux voyages sportifs (comme le kayak, le kitesurf ou encore). l’eau) en France et à l’étranger (Cap-Vert, Cuba, Egypte…). Estelle Verdier, directrice générale de l’agence, a déclaré : « Aujourd’hui, c’est un immense marché auquel nous souhaitons accéder en choisissant les meilleures offres du marché en France, mais aussi dans le monde.

Si Decathlon Travel est agréé par l’agence de voyages et licencié par Atout France, l’entreprise ne crée pas pour l’instant ses propres circuits mais distribue ceux qui existent déjà dans l’ADN de l’entreprise. Et elle n’est pas la seule en route : la startup française lancée en octobre 2019, Move Travel, propose aussi du sport et du confort aux vacanciers dans des endroits calmes et merveilleux, comme l’Alpe d’Huez (Isère) et Notre-Dame-de- Dame-de-Monts (Vendée). Prêt? Aller!

«Revenge travel», ou la boulimie du voyage

L’épidémie de Covid-19 a perturbé de nombreux projets de voyages et de vacances à l’étranger. L’effondrement de la crise, la lenteur des mesures sanitaires et la fermeture des frontières n’ont cependant pas empêché les voyageurs français d’être confiants dans leurs efforts pour changer le climat : selon Tourlane, 75 % d’entre eux s’estiment prêts à voyager. en 2022. Cet événement a un nom : « voyage de revanche ». Née en Asie en 2020 dans les régions les plus touchées par le Covid-19, elle a connu une belle reprise des activités touristiques, d’abord au niveau local, avant de s’exporter ailleurs sur le continent. En Chine, les autorités ont encouragé leur population à voyager à travers le pays pour participer à la reprise économique du pays. Chez nous, ce comportement s’apparente presque à de la boulimie : « Dès que les Français ont une fenêtre, ils se précipitent sur tout ce qui peut les sortir de leur quotidien entre quatre murs », raconte Stanislas Gruau, fondateur de l’agence de voyages Explora. Projet, au Figaro en début d’année dernière. Depuis, l’innovation s’est poursuivie et continue de se développer par crainte de nouvelles restrictions sanitaires. Comme s’il fallait manger à tout prix pour ne pas « perdre » quelque chose ? Non : en 2022, le mot d’ordre est fun.

Actions : des vacances sans se ruiner grâce aux bons plans et aux codes promotionnels d’Hotels.com