Témoignage : « J’ai fait une cure d’ayahuasca en isolement total pendant une semaine »

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

L’année dernière, Luciana s’est rendue en Espagne pour une retraite spirituelle d’une semaine. Au programme : l’isolement complet et le traitement de l’ayahuasca, une plante interdite en France et considérée comme une drogue. Une expérience radicale et unique.

Vous avez peut-être déjà entendu parler de l’ayahuasca, une plante hallucinogène d’Amérique du Sud qui aurait des propriétés purifiantes et qui se consomme lors de cérémonies traditionnelles. Ces dernières années, cette pratique a été massivement adoptée par les mouvements spirituels New Age qui capitalisent sur la tendance à vendre des rites clés en main, plus ou moins légitimes et légaux. Certaines retraites promettent même une guérison psychique complète pour des sommes astronomiques. Mais l’ayahuasca est loin d’être une drogue récréative ou une mode hippie. Sa consommation ancestrale est non seulement sacrée pour les tribus amazoniennes, mais doit également être strictement réglementée : la plante contient le puissant psychotrope naturel DMT, qui provoque des hallucinations et peut provoquer de graves nausées et vomissements.

Lire aussi >> Testé : Retraite de bien-être en ligne

Malgré ces influences, Luciana a longtemps fait des recherches, cherchant une retraite spirituelle pour tenter de guérir son anxiété et gérer la crise d’identité qu’elles ont traversée lorsqu’elles se sont révélées non binaires. Après mûre réflexion, ils ont décidé de se rendre en Espagne dans un isolement total pour une retraite d’une semaine guidés par des chamans sud-américains qui leur ont administré de l’ayahuasca. Ils nous racontent leur expérience.

« J’étais tout.e seul.e dans ma petite tente pendant une semaine » 

« J’ai suivi un cours de santé mentale d’une semaine en Espagne (où l’usage personnel de l’ayahuasca est autorisé). J’ai découvert cette retraite grâce à des amis qui m’en ont parlé. J’y suis allé parce que j’avais besoin de me recentrer sur moi-même à un moment où j’étais clairement en crise d’identité. Pendant sept jours, j’ai été complètement isolé dans une tente. Le but était de n’avoir aucune activité ou distraction extérieure. Nous ne pouvions pas lire un livre, écouter de la musique ou regarder un film, et nous n’avions pas accès à nos téléphones ni à aucun appareil électronique. De plus, nous avons dû nous passer de tout moyen contre nature, c’est-à-dire pas de maquillage, pas de crème hydratante et pas d’autres produits cosmétiques ou d’hygiène comme le dentifrice ! Il n’y avait que nous et la nature. Nous étions dans un isolement total et nous n’avons parlé à personne pendant la retraite. Il y avait une rivière non loin de ma tente, je suis donc allé à un point d’eau pour me baigner et me nettoyer un peu.

La nourriture était entièrement naturelle, végétalienne, sans sel ni sucre et sans café. Je devais faire attention à ne pas en faire trop car ce type de régime rend inévitablement plus faible : il faut du sucre et du sel pour fonctionner ! Mais le but était justement de ralentir le rythme. J’avais un petit hamac pour me reposer et laisser toutes les émotions me traverser.

« Je me suis toujours senti.e en sécurité » 

Plusieurs autres personnes étaient isolées en même temps que moi, mais nous ne pouvions pas communiquer entre nous. C’était avant tout une expérience individuelle, mais il y avait quand même une dimension collective à savoir que d’autres personnes participaient à la même expérience en même temps que moi. C’était agréable de voir que je n’étais pas seul dans ce processus.

Après tout, nous n’étions pas complètement seuls. Je suis très sensible à tout ce qui concerne le consentement et la sécurité et je ne me suis jamais senti menacé. A notre arrivée, on nous a présenté le programme complet de la semaine, les horaires des repas et les conditions de séjour. Un psychologue de l’équipe de retraite m’a rendu visite quatre fois au cours de la semaine. A chaque repas, la personne chargée de m’apporter de la nourriture ne communiquait pas avec moi, mais vérifiait que je ne manquais de rien. En cas d’urgence ou si j’ai besoin de quelque chose, je peux aussi me rendre dans une maison accessible à pied en cinq minutes. Je me suis toujours senti en sécurité. Le dernier jour du cours, nous avons pu cuisiner ensemble et parler de nos expériences : c’était magnifique. Tout le monde semblait satisfait de sa pension.

« J’étais simplement là pour être moi-même » 

On avait quand même le droit à un stylo et un carnet, alors j’écrivais beaucoup. Cela me faisait du bien de pouvoir penser à moi sans affronter le regard des autres. C’était intéressant de voir comment je me comporte et quels sont mes schémas lorsque je n’ai pas de distractions ou de prescriptions externes. J’étais juste là pour m’isoler dans ma petite tente pendant une semaine. C’était extrêmement enrichissant de voir à quoi ressemblait ma relation avec mon corps quand je ne faisais pas partie d’un groupe ou que je n’étais pas en compétition dans une société capitaliste.

À Lire  Classement : quels pays sont les meilleurs pour la retraite en 2022 ?

« On a consommé l’ayahuasca, la “mother plant”, préparée par les chamans de la retraite » 

Lors de ma retraite nous avons assisté à deux cérémonies d’ayahuasca où nous avons mangé la fameuse plante deux fois. A cette époque, il fallait travailler à partir de l’intention : comment se libérer, par exemple, des traumatismes qui nous empêchent de faire confiance. Nous avons ensuite pu consommer de l’ayahuasca, la « plante mère » préparée par les chamans de la retraite. Des sentiments de méditation et de gratitude ont suivi. Nous étions ensemble, mais les participants ne communiquaient pas. Seuls les chants et les instruments encadraient divers moments d’introspection et de détente.

Après le tournage, nous nous sommes allongés là et nous nous sommes concentrés sur nos intentions et avons laissé les effets venir. À ce stade, nous sommes comme si nous avions une conversation avec une plante : au final, je pense que c’est une conversation avec nous-mêmes, mais beaucoup plus profonde. Je me suis demandé : « Où est le traumatisme coincé dans mon corps ? », et la plante m’a montré les endroits des blocages, mais aussi comment les libérer. De l’extérieur, j’ai conscience que ça peut paraître très haut. la pratique n’est pas pour tout le monde : elle demande d’avoir une grande foi en cette méthode ancestrale, la plante et ses pouvoirs, il faut être ouvert à une expérience transformatrice. De plus, il existe d’autres moyens d’atteindre les mêmes résultats par la méditation, la respiration, l’écriture , etc.

« Le but n’est en aucun cas d’avoir des hallucinations cool, c’est une tradition sacrée » 

Il est difficile de trouver de bonnes informations sur l’ayahuasca, il existe de nombreux préjugés. Si vous cherchez sur Internet, les premières réponses sont liées à des histoires de bad trips sensationnels. Cela donne une image complètement déformée de ce que c’est vraiment. Le but n’est en aucun cas de provoquer des hallucinations froides, c’est une tradition sud-américaine transmise de génération en génération par les chamans. Moi, je suis allé à cette retraite avec l’intention de guérir, ça m’a beaucoup aidé avec mon identité de genre et la dysphorie que je ressentais par rapport à mon corps (je suis non binaire). D’autres y vont, par exemple, pour soulager l’asthme ou apprivoiser l’anxiété… L’essentiel est d’avoir beaucoup de respect pour cette plante et les chamans qui se battent pour garder cette tradition sacrée victime d’une appropriation culturelle. Cette pratique ne peut être remplacée par les kits collectés et les instructions des ignorants : un diplôme ne suffit pas pour devenir chaman !

Ce fut un honneur de participer à ces cérémonies. Les effets étaient similaires à ceux ressentis lors de la prise de LSD avec des hallucinations visuelles, sauf que le but est d’aller mieux. Moi, par exemple, je l’ai fait pour me libérer de traumatismes dans certaines parties de mon corps. J’ai l’impression que cela m’a épargné dix ans de thérapie. J’avais l’habitude d’avoir des crises d’angoisse hebdomadaires et maintenant je n’en ai qu’occasionnellement.

« Ma seule activité, c’était d’être dans le moment présent et j’ai envie de réitérer l’expérience ! » 

J’ai adoré prendre un moment où j’étais forcée de me concentrer uniquement sur moi-même, mes besoins et rien d’autre. Cela m’a fait beaucoup de bien de ne pas avoir de liste de choses à faire et la seule chose que j’avais à faire était d’être complètement dans le moment présent et de recharger mes batteries. Cela m’a aidé à réaliser mon autonomie et ma capacité à faire face mentalement et psychologiquement par moi-même. C’est quelque chose que je veux répéter !

Cela m’a donné confiance et m’a donné l’impression de faire partie de quelque chose de plus grand. Au début j’avais de grandes appréhensions et peur d’être seul dans une tente au milieu de nulle part, car je suis une personne très sociable et extravertie. Mais au contraire, c’était une expérience super relaxante. »

Nous vous rappelons que l’ayahuasca ne provoque pas de toxicité aiguë, n’est pas addictive et ne présente pas de risque de surdosage. Cependant, sa consommation est strictement interdite en France, car elle est considérée comme une drogue. Prendre de l’ayahuasca n’est ni récréatif ni inoffensif. Il peut être très dangereux s’il est mal encadré : de nombreux décès ont été rapportés suite à des interactions avec d’autres médicaments ou à des doses erronées. De plus, en raison du boom de la demande occidentale, des hectares de la forêt amazonienne ont été ratissés pour extraire la plante.