Solident ouvrira un centre de santé bucco-dentaire pour les plus …

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

DÉCRYPTAGE – L’Isère fait partie des départements les plus touchés par la pénurie de dentistes. Une situation qui complique la prise en charge des urgences dentaires, notamment pour les publics les plus fragiles. Pour y faire face, Solident soigne gratuitement depuis 2016 les personnes précaires et sans couverture médicale. Des permanences de soins assurées pour l’heure dans ses locaux, avant l’ouverture, prévue en avril 2023, d’un centre de santé dentaire au sein du CHU Grenoble Alpes. Avec ce projet soutenu par plusieurs collectivités, l’association vise à créer à terme un minihôpital dentaire public autonome, et ainsi à combler un manque dans l’agglomération grenobloise.

Le docteur Alexandre Sage sort d’une consultation éprouvante, ce lundi 25 juillet 2022 au matin : « Sadio6Le prénom a été changé pour le visage (sic) écrasé et la bouche qui va avec. Il entend des sons dans ses oreilles , il saute dès que laisse-moi m’approcher. Il a beaucoup de morphling ! » Si tout le monde n’est pas aussi traumatisé que les jeunes exilés, patients victimes de violences, le fondateur de Solident le constate malheureusement dans chaque centre de soins.

Reportage vidéo : Anissa Duport-Levanti

Comme Sadio, presque « tous les Africains sont passés par la Libye, où beaucoup ont été victimes de la traite des êtres humains », précise le dentiste. « Mais nous n’entrons pas dans ces détails, nous voulons juste répondre à leurs besoins dentaires et leur offrir le droit de se réapproprier leur humanité. Qu’ils soient noirs, blancs, jaunes ou rouges, je les vois comme des êtres humains, juste le comme les patients de mon cabinet à Meylan. »

Le dentiste Alexandre Sage, fondateur de Solident, soigne gratuitement les personnes en situation précaire et sans assurance maladie, dans les locaux de l’association, rue de Belgrade. © Manuel Pavard – Place Gre’net

À Lire  Consultation pré-anesthésique : quand, où, prix

Pour les plus précaires – demandeurs d’asile ou Français qui n’exercent pas leurs droits – Solident est souvent la seule solution, à Grenoble, pour soigner les cas dentaires : maux de dents, caries douloureuses, infections, saignements… L’association soigne les personnes sans sécurité sociale couverture gratuite. Des patients qu’elle accueille encore aujourd’hui dans ses locaux exigus du centre, en attendant d’ouvrir en avril 2023 – si tout va bien – un véritable centre dentaire au CHU Grenoble Alpes.

Les dentistes de Solident soignent près de 350 patients par an

Alexandre Sage, dentiste libéral de Meylan, décide en 2015 de créer Solident en réponse au manque d’offre publique de soins dentaires à Grenoble. Depuis, les dentistes bénévoles (au nombre de trente depuis le début, mais dans une équipe « active » d’une dizaine de bénévoles actuellement) assurent trois matinées de garde par semaine.

Au total, ils parviennent à prendre en charge près de 350 patients chaque année et réalisent plus de 1 000 consultations. Ils réalisent également tous types de soins – notamment les soins d’urgence – hormis la pose de prothèses et d’appareils.

Le Dr Alexandre Sage, dentiste à Meylan, a créé Solident en 2015 pour soigner les personnes sans couverture médicale. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

Mais ces chiffres sont bien en deçà des besoins, difficilement quantifiables. En effet, le nombre de personnes se faisant soigner a explosé dans l’agglomération grenobloise, notamment du fait de sa proximité avec la route migratoire en provenance d’Italie. Selon l’estimation de Solident, elle serait ainsi vingt à trente fois supérieure aux capacités actuelles de l’association, qui était déjà débordée auparavant.

La situation ne s’est pas non plus améliorée ces dernières années. Il s’agit notamment d’un amendement adopté en novembre 2019 à la loi sur l’asile et l’immigration, qui a introduit une période d’attente de trois mois pour les demandeurs d’asile. Par conséquent, les délais d’attente pour l’assistance sont automatiquement étendus à Solident.

Manque d’accès aux droits de santé

Conformément à la loi, toute personne séjournant sur le territoire français a droit à ces soins. Notamment grâce à des dispositifs comme la Couverture Maladie Universelle (CMU) – remplacée par la Protection Maladie Universelle (PUMa) depuis le 1er janvier 2016 – ou l’Aide Médicale de l’Etat (AME). Mais l’exercice de ce droit est souvent problématique pour les migrants et les précaires.

Il vous reste 80% de l’article à lire. Bénéficiez d’un accès illimité.

Déjà abonné ? S’identifier