Les enjeux du voyage du Pape François au Congo et au Soudan du Sud…

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Pour son 40e voyage, le pape se rend en République démocratique du Congo (31 janvier au 3 février 2023) et au Soudan du Sud (3 au 5 février 2023). Un voyage sous le signe de l’œcuménisme et de la paix alors qu’il voyage avec Justin Welby, archevêque de Cantorbéry, chef spirituel de l’Église d’Angleterre et modérateur de l’assemblée générale de l’Église d’Écosse, Iain Greenshields.

Le pape se rendra du 31 janvier au 3 février à Kinshasa (République démocratique du Congo) et à Juba au sud du Soudan du 3 au 5 février 2023. Ce voyage, initialement prévu en juillet 2021, a été reporté sine die par le vatican Mgr. Marcel Utembi Tapa, archevêque de Kisangani et président de la Cenco, conférence épiscopale nationale du Congo, a invité en décembre 2022 « tous les fidèles à animer dans la prière ce grand rendez-vous ecclésial et national ». La République démocratique du Congo compte 90,7 millions d’habitants, dont 40 % sont catholiques et 40 % protestants. La dernière visite d’un pape remonte à mai 1985 (ex-Zaïre). Le pape Jean-Paul II s’est rendu à Kinshasa pour la première fois dans le pays le 2 mai 1980.

Un déplacement à haut risque

Au total, le pape François prononcera pas moins de douze discours à Kinshasa. Il rencontrera des autorités civiles, des déplacés internes, des représentants d’associations et des jeunes.

Son voyage à Goma, capitale du Nord-Kivu, a été annulé pour des raisons de sécurité. L’est du pays est en proie depuis vingt ans à une succession de conflits de différents groupes armés, responsables d’exactions contre la population civile, la région a été victime d’un attentat à la bombe dans une église pentecôtiste du nord-est. (Kivu). Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État de Sa Sainteté, profondément ému par les dix morts, a déclaré le 17 janvier 2023 que : « Sa Sainteté le pape François a appris avec tristesse contre une église pentecôtiste à Kasindi qui a causé la mort d' »innocents ». Il exprime sa compassion et sa proximité à toutes les familles touchées par cette tragédie. Dans la prière, le Saint-Père confie les morts et les blessés à la miséricorde de Dieu. Il implore le Christ, Seigneur de la vie, afin que les affligés trouvent réconfort et confiance en Dieu , invoquant sur eux le don de la paix.

À Lire  Joué-lès-Tours : le spécialiste du poinçonnage propose 1 400 boîtiers de protection périodique

Le conflit armé. C’est l’une des préoccupations du pape François. En janvier 2020, le pape François a reçu le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, au Vatican. Une réunion au cours de laquelle ils avaient évoqué le conflit armé et l’épidémie d’Ebola dans le pays. Plus précisément, ils ont souligné que : « l’urgence de la coordination et de la coopération, au niveau national et international, visant à protéger la dignité humaine et à promouvoir la coexistence civile, à commencer par les nombreux réfugiés et personnes déplacées qui font face à une grave crise humanitaire ».

Deuxième escale au Soudan du Sud,

La deuxième partie du voyage à Juba, au Soudan du Sud, sera placée sous le signe de l’œcuménisme. Il est présenté comme « un pèlerinage œcuménique de paix ». L’archevêque anglican Justin Welby fait le voyage avec Iain Greenshields, modérateur de l’Assemblée générale de l’Église d’Écosse. Le Soudan du Sud est devenu indépendant en juillet 2011. Depuis la sécession du pays, le Soudan du Sud a une population majoritairement chrétienne.

Dans le conflit, le pape François a joué un rôle de médiateur. En avril 2019, il a dirigé une retraite spirituelle avec de hauts dirigeants sud-soudanais, dont le président de la République, Salva Kiir Mayardit, ainsi que des membres de groupes d’opposition.

Depuis son élection en 2013, le pape s’est rendu à de nombreuses reprises sur le continent africain : Ouganda, République centrafricaine (2015), Égypte (avril 2017), Maroc (février 2019). Son dernier voyage remonte à 2019 au Mozambique, à Madagascar et à Maurice (septembre 2019).

ça peut aussi vous intéresser