Extraction dentaire : quand, durée, procédure, suivi

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Une extraction dentaire est généralement indiquée lorsque la dent est gravement endommagée ou malade. Cela peut également être nécessaire en cas de maladie parodontale. Combien de temps dure le processus ? Quel est le risque ? Réponses du Dr Jean-Michel Bellaiche, stomatologue à l’hôpital privé de Marne-la-Vallée.

L’extraction dentaire fait référence à l’acte d’enlever une dent. « Dans le milieu médical, on parle de carie dentaire », explique le soignant.

Indications : quand faire une extraction dentaire ? 

« Généralement, les dents sont extraites lorsqu’elles ne peuvent pas être traitées et restaurées car elles sont trop endommagées, infectées ou cassées », a-t-il déclaré. Les dents sont également extraites pour faire place au traitement orthodontique. « Les dents qui peuvent causer des problèmes lors de leur croissance et risquer d’endommager d’autres dents, par exemple, peuvent également être extraites », a ajouté le stomatologue. « On peut aussi réaliser l’extraction de patients avec une grande souplesse, c’est-à-dire une maladie parodontale », a également expliqué le Dr. Jean-Michel Bellaiche. Les dents bougent alors et ne peuvent plus être retenues. « Une dent cassée et douloureuse doit être extraite rapidement », a-t-il déclaré. Lorsqu’il s’agit de dents infectées, elles représentent une urgence. « On va d’abord traiter l’infection avant d’intervenir en réalisant une extraction », a ajouté le médecin.

« C’est très différent », a commencé le Dr. Jean-Michel Bellaiche. La situation la plus simple est quand il s’agit d’une dent de lait qui bouge. « Ensuite, on met sur la dent le moins de force possible un gel anesthésiant », a-t-il expliqué. Quant aux autres extractions simples, elles sont réalisées dans la plupart des cas sous anesthésie locale. « On injecte un anesthésiant autour de la dent, puis on extrait la dent à l’aide d’un outil puissant, une sorte de pince qui permet de saisir la dent », explique le médecin. « Pour les dents très dures, cassées ou difficiles à enlever, on peut ouvrir la gencive et couper l’os autour de la dent ou encore séparer la dent en plusieurs morceaux pour enlever les racines une à une. », explique le stomatologue. Le médecin peut ou non suturer le cas. Ensuite, il y a les dents incluses qui n’éclatent pas, comme les dents de sagesse par exemple. « La procédure est réalisée sous anesthésie locale ou générale, selon la difficulté, le nombre de dents à retirer, leur emplacement et le niveau de coopération du patient », a-t-il expliqué. Dans ce cas, la gencive est ouverte et l’os est coupé pour trouver la dent et l’extraire. Enfin, il y a le cas des dents ectopiques. « Ce sont des dents qui sont à des endroits particuliers qui ne sont pas normaux, et parfois très dures », précise le médecin. « Ils peuvent être dans les sinus, sous les yeux ou dans le menton », a-t-il ajouté. Ce type d’intervention complexe nécessite une anesthésie générale.

La durée d’une extraction dentaire est très variable et peut aller de quelques minutes à plus d’une heure dans le cas d’une intervention vraiment difficile. « En moyenne, il y a 10-15 minutes d’intervention en général », a évalué le Dr. Jean-Michel Bellaiche.

« Oui et non », a répondu le stomatologue. Lors de l’intervention, il n’est pas question de douleur. « L’anesthésie générale ou locale vous permet de ne ressentir aucune douleur », a-t-il déclaré. « Le déroulement post-opératoire est très différent selon la dent et la personne », précise le médecin. Parfois, il faut une semaine pour que le patient soit libéré de la douleur, alors que dans certains cas, la douleur disparaît le lendemain. Dans tous les cas, le patient se voit administrer, après l’opération, un traitement antalgique permettant de réduire ces symptômes.

À Lire  Saint-Chamond. La culotte menstruelle Tente Rouge en vente en septembre

« Le plus grand risque est l’infection après la chirurgie », a déclaré le Dr. Jean-Michel Bellaiche. La bouche est un environnement très sensible, où elle peut être facilement infectée. Il existe aussi parfois des « alvéolites », inflammations de la cavité osseuse, parfois très douloureuses et nécessitant l’application d’un traitement local. Il peut également y avoir, selon l’endroit où se trouve la dent, un risque de lésion nerveuse. Le nerf alvéolaire inférieur est un nerf qui traverse la mâchoire. « Lorsque la dent est extraite ou que sa racine touche ou capture la connexion nerveuse, des lésions nerveuses au cours du processus peuvent provoquer une perte de sensation, temporaire la plupart du temps, au niveau des lèvres et du menton » détaille-t-il. « Le nerf de la langue qui est également contre la mâchoire inférieure peut subir les mêmes dommages, provoquant une perte de sensation au bout de la langue », a-t-il ajouté. « Des saignements post-opératoires, des hématomes ou de gros gonflements peuvent également survenir après une extraction dentaire », précise l’expert. Cette interférence peut provoquer, dans de très rares cas, une fracture de la mâchoire ou des dommages aux dents et aux gencives voisines. Enfin, des problèmes liés à l’anesthésie peuvent survenir, comme un choc allergique par exemple.

Froid et appliqué sur la joue, manger des aliments froids et mous

« Il est recommandé d’appliquer du froid sur la joue », a commencé le Dr. Jean-Michel Bellaiche. Evitez de vous rincer, cracher, vous brosser les dents pendant les 24 premières heures. Après cela, il est important d’adopter une bonne hygiène environnementale et de suivre le traitement prescrit. « Nous vous recommandons également de manger des aliments froids et mous dans les jours qui suivent la chirurgie et de dormir la tête surélevée », a-t-il ajouté.

Au bout de combien de temps peut-on manger normalement ?

Cela dépend des indications du chirurgien selon le type de chirurgie. « En général, une simple extraction nécessitera une alimentation adaptée trois ou cinq jours après l’intervention », précise le stomatologue.

« Il est déconseillé de fumer après une extraction dentaire car la constriction des vaisseaux sanguins provoquée par le tabac retarde la cicatrisation », informe le Dr. Jean-Michel Bellaiche.

Le prix varie selon le type de production. « Le coût de l’assurance maladie, qui fait l’objet d’un remboursement, varie entre 20 euros et 180 euros », nous précise le stomatologue. Avant de préciser : « il y a entre 15 et 20 prix différents ». Souvent, les chirurgiens facturent des frais exorbitants, ce qui augmente le coût. Les extractions dentaires sont prises en charge à 70% sur la base du tarif forfaitaire fixé par la Sécurité Sociale.

Merci au Dr Jean-Michel Bellaiche, stomatologue à l’hôpital privé de Marne-la-Vallée.