Culotte menstruelle : pourquoi l’adopter ? Comment les choisir ?

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Dans une vie, soit environ 40 ans de périodes, on utilise 5 000 à 15 000 protections sanitaires. Gaspillage excessif, sensations d’inconfort ou fuites : pour notre bien-être et pour la planète, il existe une alternative écologique et économique : la culotte menstruelle.

Les tampons et serviettes hygiéniques font débat depuis plusieurs années : un rapport de 2017 de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a analysé 27 produits d’hygiène féminine et décelé dans chacun d’eux des traces de glyphosate, de dioxines ou de perturbateurs endocriniens. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a alors demandé aux industriels d' »améliorer la qualité de ces produits ». On trouve désormais des produits bio sans parfum ni chlorures (utilisés pour blanchir le coton) et les substances incriminées ne sont présentes qu’en faible concentration et officiellement « sans danger grave et immédiat ». On ne connaît cependant pas leurs effets à long terme, alors que les muqueuses vaginales sont particulièrement absorbantes.

Comment les choisir ?

Comment les choisir ?

On fait un test Soit de jour à la maison, soit de nuit, portez-le, sans aucune autre protection, pour comparer avec votre protection habituelle. Si vous êtes convaincu, investissez ! Sinon, essayez une autre marque, ou forme… Idéalement, pendant 5 jours de règles (en moyenne), il est bon d’en avoir 5 ou 6, pour ne pas passer du temps à les laver tous les jours. Mais vous pouvez commencer avec le minimum (3) et en acheter plus au fil des mois. La plupart des marques proposent des packs de 3 modèles plus économiques et adaptés à toutes les périodes de menstruations.

Comment ça marche ?

Comment ça marche ?

Avant, la culotte peut absorber le jour ou la nuit des règles (environ 12 heures) mais tout dépend du flux et du moment du cycle. Certains proposent plusieurs niveaux d’absorption mais tous les modèles ont une partie absorbante composée de plusieurs couches de matériaux plus ou moins techniques. Ceux-ci permettent au flux de s’écouler, de le retenir plusieurs heures, d’éviter les fuites et les odeurs et d’évacuer l’humidité pour éviter la macération.

À Lire  Définitivement la culotte menstruelle écologique

Comment les entretenir ?

Comment les entretenir ?

Pour qu’il conserve longtemps ses capacités d’absorption, il doit être bien lavé : dès qu’il est retiré, lavez-le abondamment à l’eau froide sous le robinet jusqu’à ce que tout le sang soit éliminé, puis mettez-le (pas nécessairement immédiatement) en machine à laver (avec le reste du linge), à ​​30 degrés, avec votre lessive habituelle, mais sans assouplissant. Attention, si vous pouvez le mettre sur le radiateur (pour le remettre le lendemain), il doit sécher à l’air libre, et ne pas passer au sèche-linge.

Plus on en prendra soin, plus elle durera (entre 3 et 5 ans) et… contribuera à réduire les 2 milliards de protections périodiques jetées chaque année en France !

Abonnez-vous à la Newsletter Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités

2/6 –

Ils sont adaptables Débit très abondant ? La gamme de modèles existants est très large et certaines culottes sont particulièrement absorbantes (l’équivalent de 4, parfois 7 « super » tampons) pour les périodes abondantes ou hémorragiques, ou post-partum. Et pour celles qui ont des flux très faibles, ou qui ont des spottings (saignements inappropriés) et qui veulent se sentir en sécurité sans avoir à mettre de tampon (outrepassé les règles), elles peuvent porter des culottes « début de règles » ou « flux léger ».

3/6 –