A Marseille, des dentistes ont tenté de mutiler les résultats entre 68 000 et…

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Au quatrième jour du procès de Lionel Guedj, un dentiste accusé d’avoir mutilé plus de 300 patients, le tribunal a interrogé le chef de l’enquête. Son témoignage est éloquent.

« Y a-t-il un moment, monsieur Guedj, où vous parvenez à vous poser des questions ? Peut-être que vous gagnerez parfois au lieu d’avoir toujours un flux aussi rapide en réfléchissant un peu à ce que vous dites. »

Cette apostrophe de Céline Ballerini, présidente de la sixième chambre pénale, brise le silence dans la salle d’audience. Derrière Lionel Guedj, des dizaines de victimes attendent une indemnisation au banc des victimes.

Un salaire compris entre 68 000 et 80 000 euros par mois

Plus de 320 anciens patients ont intenté des poursuites civiles après avoir traversé la chaise du Dr Guedja et eu des abcès, des dents coupées ou mortes.

L’ancien dentiste Lionel Guedj est mis en examen depuis lundi pour « violences ayant entraîné une mutilation ». A-t-il intentionnellement endommagé les dents de plusieurs centaines de patients ? Ces chirurgies dentaires bâclées ont-elles été faites uniquement à des fins lucratives ?

Lionel Guedj dit gagner entre 68 000 et 80 000 € par mois, bien au-dessus de la moyenne des chirurgiens-dentistes. Au final avec un legs d’environ 14 millions d’euros.

« Elles se retrouvent allongées sur le fauteuil avec le dentiste, et comment dire… »

« J’ai mal. Je suis sûr que c’est la dent qu’on a faite ce jour-là. (…) Ça se calme, se calme, se calme depuis. Voici, par exemple, ce qu’Ali, un des patients de Lionel Guedj , a raconté son dentiste au téléphone après intervention.

À Lire  Menstrual Panty : une marque apposée après un coup a été retrouvée dans le système de la jeunesse

Jeudi après-midi, le tribunal a interrogé le directeur de l’enquête. Le responsable a interrogé de nombreuses victimes dentistes « pendant plus d’une heure à chaque fois », explique-t-il.

« Ce qui nous a surpris, c’est que le fonctionnement est presque toujours le même. Les gens, qu’ils viennent pour un détartrage, des caries ou des activités plus avancées, sont dans le fauteuil du dentiste et comment le mettre ? Il a réussi à convaincre tout le monde de refaire toutes les dents, même celles qui étaient saines. . Des patients se sont fait arracher les dents, explique le gendarme.

« C’est évident que j’ai eu un manque de lucidité »

« Cette enquête vous a-t-elle touchée ? demande le président. « C’est évident. On a vu des patients perdus, en grande détresse, s’effondrer dans nos cabinets. Ils criaient à l’aide ! Et la douleur n’est pas que physique. Les gens n’osent plus avoir de relations intimes à cause de la mauvaise haleine , ils n’aiment plus manger… »

En fin de journée ce jeudi, Lionel Guedj a finalement reconnu « des erreurs médicales. J’ai fait de mauvais choix de traitement, mais jamais dans le sens du mal », a-t-il déclaré d’un ton monotone.

Colère des victimes

« Nous sommes tombés dans le tourbillon du travail. Et vous voyez que je manquais de clarté d’esprit », a avoué le dentiste.

« Cela m’énerve qu’il ait installé son cabinet dans les quartiers du nord en pensant que les gens seraient stupides et mutilés. Il voulait s’enrichir sur notre dos », harcèle-t-il la victime à la sortie du palais de justice. Les parties civiles seront entendues à partir de la semaine prochaine.

Cet article vous a-t-il été utile ? N’oubliez pas que vous pouvez suivre Actu Marseille dans l’espace My Actu. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.