18 000 euros pour rester alité pendant 60 jours : l’institution médicale…

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Vous avez entre 20 et 45 ans et êtes prêt à vous allonger pendant 60 jours consécutifs sans vous lever une seule fois, incliné de six degrés en arrière, la tête plus basse que les pieds pour 18 000 euros ? Vous ferez peut-être alors partie des élus recrutés par Medes, l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiales de Toulouse, pour vous préparer aux futurs vols spatiaux.

Pour préparer les futurs vols spatiaux, Medes, à la demande du Centre national d’études spatiales (Cnes) et de l’Agence spatiale européenne (ESA), cherche à évaluer comment le corps s’adapte à 60 jours d’apesanteur simulée. . L’institut recherche donc 12 volontaires pour s’allonger pendant 60 jours, 24 heures sur 24, sans se lever une seule fois, inclinés de six degrés en arrière, c’est-à-dire avec la tête plus basse que les pieds.

« Quand on baisse la tête, on peut comprendre que petit à petit les fluides vont avoir tendance à retomber vers le bas du corps, vers la tête et le thorax, détaille pour Ouest-France le Dr Arnaud Beck, médecin-investigateur au Medes And c’est exactement ce qui se passe quand vous êtes en apesanteur [ou en apesanteur], le corps humain continue de fonctionner comme s’il combattait toujours la gravité, pompant le sang vers le cœur et le cerveau. Et puis il y a trop de liquide, qui atteint la partie supérieure de le corps… »

Outre la reproduction des conditions d’apesanteur, le but de cette étude est aussi et surtout d’évaluer les programmes qui pourraient être proposés aux astronautes pour minimiser les effets de l’apesanteur sur le corps via les effets de la centrifugation et de l’exercice. Les personnes qui restent allongées. vers le bas continueront à bouger les bras, à lire, écrire, utiliser l’ordinateur.

À Lire  La culotte menstruelle devient une nécessité pour les femmes

Un groupe de volontaires sera exposé à la centrifugeuse – qui vise à recréer la gravité artificielle – en pédalant sur un vélo mais en restant allongé. Un autre groupe n’utilisera que le vélo, tandis que le troisième groupe, qui n’en a ni l’un ni l’autre, servira de référence.

De nombreux examens standardisés (urinaires, sanguins, ophtalmologiques et psychologiques) complèteront ces expériences.

Pour postuler, les volontaires doivent être en parfaite santé, ne pas suivre de traitement médical, ne pas fumer, avoir un indice de masse corporelle compris entre 20 et 27, mesurer entre 1,58m et 1,90m, pratiquer une activité sportive régulière, ne pas avoir d’allergies ni de restrictions alimentaires. Ils doivent également passer deux entretiens téléphoniques pour prouver qu’ils comprennent bien l’étude, ainsi qu’un test psychologique et un passage à la centrifugeuse pour mesurer leur tolérance…

L’étude se déroulera à la Clinique Spatiale Medes de Toulouse, d’avril à juillet 2023, pour un total de 88 jours. En plus des 60 jours en décubitus dorsal, 14 jours en amont pour effectuer les mesures de base et 14 jours en aval pour recueillir les mesures liées à l’étude et récupérer.

La participation à cette expérience sera rémunérée 18 000 euros. Ce montant sera versé par tranches de 4 500 euros sur quatre ans.