Les catastrophes naturelles sont mieux indemnisées…

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Un décret exécutif publié à la fin de l’année dernière apportera un certain nombre d’améliorations pour les assurés confrontés à des catastrophes naturelles.

Un régime qui n’en fait pas

La gestion des catastrophes naturelles, baptisée « Cat Nat », a fêté ses 40 ans l’année dernière. Basé sur un principe d’unité, son fonctionnement est simple : tous les détenteurs de tickets voiture et maison paient une taxe qui sert à alimenter un fonds destiné à indemniser les sinistrés.

Cependant, cette autorité a subi des pressions ces dernières années. L’information tarifaire est plus fréquente et plus chère, le régime cat nat a baissé depuis 2015, avec, par exemple, 2,2 milliards de dollars de prestations versées en 2020, contre 1,7 milliard de cotisations perçues.

La situation actuelle risque de ne pas améliorer les choses : la facture de l’année 2022 est déjà lourde pour les assureurs et les décideurs : intempéries et sécheresse jusqu’à 4,3 milliards de milliards entre janvier et septembre.

C’est un changement qui s’imposait depuis 2017 à Emmanuel Macron, après l’ouragan Irma. L’Assemblée nationale a pris le dossier en 2021, et, à la fin de l’année dernière, une loi exécutive a approuvé de nombreuses évolutions, sans toucher au financement de l’administration.

Pour l’instant, c’est une meilleure indemnisation des victimes que ce changement porte. Ce sont les points principaux.

Réduction du délai de réponse et d’indemnisation de l’assureur

Depuis le 1er janvier, le délai de réponse de l’assureur en cas de catastrophe naturelle a été réduit à un mois. Ce délai s’étend entre la réception de la déclaration de sinistre par l’assureur ou la publication de la loi des catastrophes naturelles. C’est une mesure très attendue, quand on connaît le nombre d’assureurs qui attendent une réponse de leur assureur pour les sinistres de l’été dernier, par exemple.

Désormais, les investisseurs sauront rapidement s’ils seront payés ou non, et cette récompense sera également reçue rapidement. Le paiement est désormais dû dans les 21 jours. C’est une fois pour l’intervention d’une entreprise pour le travail.

À Lire  Blessures et coûts liés à la sécheresse : 2022, une année record ?

Prise en charge des frais de relogement d’urgence

À ce jour, la répartition des frais de dépannage varie fortement d’un assureur à l’autre. Certains n’ont pas proposé de solution, tandis que d’autres ont utilisé cette preuve même s’il n’y avait pas de contrôle des catastrophes naturelles.

Maintenant, la voie de la coordination est choisie. A partir du 1er janvier 2024, les assureurs seront tenus de rembourser à leurs assurés les frais de remise en état, si leurs installations sont endommagées ou présentent un danger.

Le montant de cette aide, qui peut être d’au moins 80 euros par jour, variera selon le statut des résidents :

Plafonnement des franchises

Comme la plupart des contrats d’assurance, l’assurance habitation comporte des franchises, notamment lors de catastrophes naturelles. Cela signifie que l’assuré doit payer une partie du montant qui reste à sa charge malgré l’indemnisation.

Cette déduction est d’autant plus élevée si la commune où vous habitez n’a pas pris les mesures appropriées pour éviter un événement météorologique soudain, comme un plan de prévention des risques naturels (PPRN). Dans ce cas, la déduction de base, de 380 euros, peut dépasser 1 000 euros.

Afin de ne pas mettre la responsabilité du gouvernement sur le dossier de l’assuré, il a été déterminé que la déduction s’ajoutera, toujours en 2024, à 380 euros, soit 1 520 euros pour les dommages causés par la sécheresse, qui est la plus chère. pour l’instant. assureur. Ces derniers peuvent, s’ils le souhaitent, descendre en dessous de ces 380 euros.

Ainsi, le programme cat nat progresse dans le domaine des récompenses pour les assurés. De fait, ces mesures entraîneront également des surcoûts pour le couple Etat/Assurances, l’importante question du financement devrait se poser d’emblée, sauf crainte des assureurs qui financeront le changement de régime cat nat.

&#xD ;

Économisez jusqu’à 40 % sur votre assurance habitation