Changement climatique : comment cela affectera-t-il votre assurance habitation ?

Changement climatique : comment cela affectera-t-il votre assurance habitation ?

Près de 4 milliards d’euros, c’est le montant des indemnités que les compagnies d’assurance doivent verser après les intempéries qui frappent la France depuis fin mai. Sur ce chiffre, 1,07 milliard sont liés aux besoins en logement, soit 267 000 bâtiments sont concernés. L’année 2022 s’annonce inédite, les sinistres climatiques atteignant déjà un coût sans précédent sur les vingt dernières années, indique la fédération représentative des assureurs, France Assureurs.

Indemnisations en surchauffe

Indemnisations en surchauffe

Canicules, inondations, sécheresses, tempêtes, grêle… le réchauffement climatique, ce n’est pas seulement la « joie » de se déchausser en hiver en Europe du Nord, c’est surtout une augmentation de l’intensité et de la fréquence des risques climatiques qui seront difficile de s’évader.

Il faut se protéger et qui dit protection dit assurance, en supposant que les compagnies d’assurance puissent tenir dans le temps. Et il n’y a rien de moins sûr. En revanche, on ne peut pas leur reprocher de ne pas avoir tiré la sonnette d’alarme. Selon les chiffres de l’enquête d’automne 2021, France Assureurs prévient que les coûts des dommages liés aux événements naturels pourraient atteindre, cumulés sur les années 2020 – 2050, 143 milliards d’euros contre 69 milliards d’euros sur la période 1989 – 2019, soit près de un doublage. L’étude distingue quatre grands types de risques. A commencer par le risque d’inondation lié aux cours d’eau, hors mer, qui pourrait augmenter de plus de 80% par rapport à la période 1989-2019, soit un total de 50 milliards d’euros en 2050. Vient ensuite le risque dû aux inondations marines estimés à près de 3 milliards d’euros sur les trente prochaines années et ceux liés aux tempêtes, dont les coûts sont estimés à 46 milliards d’euros, soit une augmentation de 46%.

>> CLIQUEZ ICI POUR COMPARER LES ASSURANCES HABITATION <<

La sécheresse : le pire ennemi de l’immobilier

La sécheresse : le pire ennemi de l'immobilier

Enfin, il y a le risque de sécheresse. L’étude de France Assureurs estime un coût cumulé de 43 milliards d’euros sur 2020-2050, soit un triplement de la base de départ sur la période 1989-2019, où les coûts s’élevaient à 13,8 milliards d’euros. La sécheresse c’est d’abord le manque d’eau avec tous ses impacts sur la biodiversité et les cultures (en Espagne certains villages ont déjà des problèmes d’accès à l’eau potable en juillet 2022). Mais la sécheresse, c’est aussi la dégradation des biens, à commencer par les maisons. Comme le rappelle France Assureurs, le risque de sécheresse concerne le phénomène des condamnations, c’est-à-dire l’effet des dommages causés aux bâtiments (presque exclusivement des maisons individuelles) du fait du retrait puis du gonflement des sous-sols dû à une pluviométrie insuffisante conjuguée à des températures élevées. Il est principalement localisé dans des zones où le sol est constitué majoritairement d’argile gonflante, matériaux dont la consistance et le volume changent en fonction de la teneur en eau 1. Murs fissurés, tuiles fissurées, dalles de béton suspendues sont autant de manifestations du risque de sécheresse dont sont victimes les compagnies d’assurance. font très attention car, selon leurs estimations, le montant des indemnisations pourrait tripler d’ici 2050.

Cependant, ces risques sont de mieux en mieux identifiés, notamment par les pouvoirs publics qui ont identifié les zones résidentielles dangereuses au regard du risque sécheresse 2. Les compagnies d’assurances, de leur côté, ont fait leurs calculs et ont révélé que cinq départements sont très touchés et représentent à eux seuls les deux tiers de l’augmentation des besoins en sécheresse : Haute-Garonne (23%), Gironde (19%), Bouches-du-Rhône, Tarn-et-Garonne et Tarn (8%).

Hausse des primes ou non assurance ?

Hausse des primes ou non assurance ?

Chacun comprendra aussi que l’étau resserre la capacité des compagnies d’assurance à garantir les risques liés au changement climatique, risques de plus en plus fréquents (peut-on encore parler du danger des assurances) et de plus en plus chers. Pour le moment, l’ajustement se fait sur les primes qui augmentent. Selon l’Autorité de surveillance du secteur des assurances 3, en supposant que les compagnies d’assurance souhaitent maintenir leurs marges, les primes brutes peuvent augmenter de 130 à 200 % sur 30 ans. Ce progrès est-il durable à l’heure où toutes les ressources sont mobilisées dans la lutte contre la baisse du pouvoir d’achat ? Et au-delà, les assureurs accepteront-ils de couvrir des risques devenus quasi certains, ou préféreront-ils se « désengager » des zones géographiques les plus touchées par le changement climatique ? Ces scénarios sont sur la table.

>> CLIQUEZ ICI POUR COMPARER LES ASSURANCES HABITATION <<

Pour l’instant, l’objectif est de miser sur la prévention, en travaillant avec des techniques innovantes pour réduire la perte-gonflement des sols argileux ou encore pour équiper les maisons en cas de montée des eaux. Les compagnies d’assurances sont également au courant des évolutions du système de couverture des catastrophes naturelles. Ils ont très récemment émis des recommandations, là encore, en matière de prévention, à savoir : réalisation d’une carte nationale d’exposition au risque d’inondation (y compris ruissellement) et mise à jour, toutes les deux années, de la cartographie de susceptibilité aux phénomènes de retrait et de gonflement des argiles.

Cela reste la question centrale : fera-t-il encore bon de vivre dans certaines régions sous les canicules à répétition et les risques de mégafeux, ou faut-il investir au nord pour bénéficier d’un climat plus durable à condition de ne pas être trop près de la mer ? et le risque de submersion ? Quelle que soit la réponse, elles ne seront pas sans conséquences sur le prix de l’immobilier et donc sur la valorisation du patrimoine.

1 Rapport du Sénat du 14 octobre 2019 sur la sécheresse de 2003

2 Arrêté du 22 juillet 2020 définissant les zones exposées au phénomène de mouvement différentiel de terrain après sécheresse et réhydratation des sols argileux

3 Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR)

Pourquoi les assureurs Doivent-ils assurer la sécurité de leurs investissements ?

Pourquoi les assureurs Doivent-ils assurer la sécurité de leurs investissements ?

Avantage principal pour l’assureur : il n’a pas à maintenir de liquidité et de garantie au quotidien, ce qui réduit ses obligations réglementaires de solvabilité. A terme, il devrait également permettre de réaliser des investissements plus risqués et donc de générer un meilleur rendement pour les souscripteurs.

Pourquoi les investissements sont-ils importants dans une entreprise d’assurance? – Lors de son investissement, l’assureur a une vue d’ensemble du rendement courant attendu de ces obligations, dans la mesure où il connaît les caractéristiques les plus importantes (taux du coupon, durée de vie de l’obligation, etc.).

Pourquoi il est important de s’assurer ?

La vocation traditionnelle de l’assurance est de permettre le remplacement des biens endommagés ou volés. Par ailleurs, aujourd’hui, l’assurance responsabilité civile dans le cadre de la vie domestique, de l’activité professionnelle, de la circulation automobile et des loisirs s’est fortement développée.

Comment les assureurs investissent ?

À la recherche de rendements, les compagnies d’assurance investissent dans des actifs plus risqués tels que les actions génératrices de revenus. Cela représente non seulement un risque pour le capital, mais enfreint également les réglementations qui imposent des exigences de capital plus élevées pour de tels investissements.

Quelles sont les causes du réchauffement climatique PDF ?

Quelles sont les causes du réchauffement climatique PDF ?

C’est principalement la production d’énergie (électricité, chauffage) et de carburant pour les transports (essentiellement les voitures, mais aussi en partie les transports aériens ou maritimes) qui provoque le réchauffement climatique.

Qu’est-ce que le réchauffement climatique PDF ? Le réchauffement climatique est l’augmentation de la température moyenne de la surface de la planète. Elle est due aux gaz à effet de serre émis par les activités humaines (industrie, transport, agriculture…) et retenus dans l’atmosphère. Au cours du 20ème siècle, la température a augmenté de 0,6°C en moyenne.

Quelles sont les principales causes du réchauffement climatique ?

Une augmentation des gaz à effet de serre due aux activités humaines piège une partie de ce rayonnement, provoquant une élévation de la température de surface jusqu’à ce qu’un nouvel équilibre soit trouvé. C’est la principale cause du réchauffement climatique observé ces dernières décennies.

Quelles sont les causes du réchauffement climatique Wikipédia ?

La combustion de combustibles fossiles tels que le charbon, le pétrole et le gaz naturel pour la consommation d’énergie est la principale source de ces émissions, avec des contributions supplémentaires de l’agriculture, de la déforestation et de la production industrielle.

Quelles sont les conséquences négatives du changement climatique ?

intensification des précipitations (fortes pluies et grêle) augmentation des cyclones tropicaux violents. augmentation des périodes de sécheresse et de sécheresse. recul de la banquise arctique et de la couverture de neige.

Comment le changement climatique affecte-t-il les personnes et l’environnement ? Le changement climatique a de graves conséquences pour les populations les plus vulnérables. L’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes, l’élévation du niveau de la mer et le manque de précipitations dans les zones sèches jettent une grande partie de la population dans la pauvreté.

Quelles seront les conséquences les plus graves du changement climatique pour les humains ?

Les températures élevées augmentent également la concentration d’ozone, ce qui peut endommager les tissus pulmonaires et entraîner des complications chez les asthmatiques et les personnes souffrant de maladies respiratoires.

Quelles sont les causes et conséquences du changement climatique ?

Le dioxyde de carbone est la principale cause du changement climatique d’origine humaine. Il reste très longtemps dans l’atmosphère. D’autres gaz à effet de serre, comme le protoxyde d’azote, restent longtemps dans l’atmosphère. D’autres substances ne produisent que des effets à court terme.

Quels sont les inconvénients du réchauffement climatique ?

Réchauffement climatique : les conséquences pour la société Conséquences, selon la Banque alimentaire et l’ONU : Plus de 100 millions de personnes pourraient se retrouver dans l’extrême pauvreté et près de 600 millions pourraient souffrir de malnutrition d’ici 2080.