Volkswagen Scirocco, dans l’ombre de son grand frère

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

La Volkswagen Scirocco a fait tourner les têtes. Pourtant, bien connue et reconnue, la Volkswagen Scirocco est aujourd’hui trop souvent délaissée au profit de sa populaire sœur, la Golf, fer de lance de la marque. Il a été placé un cran au-dessus, quitte à en payer le prix. Une stratégie risquée quand on appartient à la marque populaire. Le Scirocco avait pourtant ses cartes à jouer et a su prouver son efficacité tout au long de sa carrière. Revoyons-le ensemble.

Le besoin d’un coupé plus moderne

A la fin des années 1960, la célèbre marque allemande trouve son second souffle. D’une part, il s’agit de trouver une remplaçante à la Coccinelle vieillissante et c’est la Golf qui rendra le rôle. En revanche, c’est le coupé Karmann-Ghia sorti en août 1955 qui avait besoin d’un lifting.

Sous le nom de ce nouveau coupé, il a déjà été trouvé. Après les vents du Gulf Stream et des alizés associés au Gulf et à la Passat, c’est celui d’un vent chaud et violent partant du Sahara vers la Méditerranée qui lui est attribué : le Scirocco.

Son nom, écrit en italien, rend hommage à son designer de renom, Giorgetto Giugiaro, qui est récemment devenu indépendant avec Italdesign et qui a commencé à travailler avec Volkswagen… notamment en signant les lignes de la Golf ! Volkswagen était entièrement satisfait du design de sa future compacte. Giugiaro propose alors une carrosserie de coupé au design élégant et sportif dérivé de la Golf.

À l’époque, la marque ciblait des véhicules plus volumineux. Bien qu’enthousiasmé par l’idée de ce nouveau modèle aux lignes italiennes, Volkswagen n’a pas souhaité en financer l’étude de conception et de développement. Giugiaro s’est alors tourné vers Karmann, qui fabriquait déjà la Karmann-Ghia, pour développer conjointement la conception et la production de la future Volkswagen Scirocco.

L’affaire a été trouvée. Le designer et carrossier développe la voiture alors que Volkswagen accompagne encore en fournissant les éléments mécaniques de la Golf et en assurant la commercialisation et la distribution du coupé 4 places. Bonne nouvelle concernant la potentielle force commerciale de la grève.

Avec la commercialisation de la Golf quelques mois plus tard, la Volkswagen Scirocco marque une véritable rupture technique avec les précédents modèles de la gamme.

Fini la propulsion et le moteur de survol arrière refroidi par air comme dans les Cox et Karmann-Ghia. Les remplaçants auraient un moteur transversal refroidi par eau monté à l’avant et seraient convertis en traction. Beaucoup plus sûr et plus efficace pour les voitures de cette catégorie. De plus, cette architecture laissait place à un coffre avec un hayon ouvrant. Il faut se rappeler que c’était encore une solution inhabituelle à l’époque, surtout pour le coupé !

Le nouveau visage de Volkswagen

Dès son lancement au Salon de Genève en mars 1974, la Volkswagen Scirocco se veut une alternative aux coupés sportifs de l’époque. Au centre de l’attention : la Ford Capri et l’Opel Manta. Mais avec son coupé, VW a aussi voulu s’aventurer dans les domaines des premiums allemands BMW et Mercedes.

Dès sa présentation, la Volkswagen Scirocco a suscité l’enthousiasme des visiteurs. Outre son design audacieux, l’évolution technique était la bienvenue. Le train avant à compensation négative permettait un contre-braquage automatique lorsque, au freinage, l’adhérence de la voiture était plus forte d’un côté que de l’autre. En cas d’accrocs mineurs, les zones de déformation du corps le rendaient plus sûr. Des points qui en faisaient une voiture à vivre et rassurante.

Sous le capot, initialement la cylindrée du moteur oscille entre 1100 et 1600 cm3 avec respectivement 50, 75 et 85 ch. Comme mentionné plus haut, la nouvelle Volkswagen Scirocco est une voiture et c’est une première… dans une Volkswagen, car la Golf n’arrivera qu’après !

Cela a été rendu possible par le rachat de NSU par VW en 1969. Nous y avons trouvé un bureau d’études qui dominait la traction. Une nouvelle technologie pour la marque, en passe d’être étendue à tous les constructeurs.

Mais la Volkswagen Scirocco faisait face à un pari risqué : être une traction avant agréable à conduire. En effet, en plus de contribuer aux nouveaux standards stylistiques de la marque, la Volkswagen Scirocco se devait d’être agréable à conduire tout en marquant un tournant dans son évolution technique. Une première qui sera directement concluante.

Une carrosserie, d’innombrables philosophies

La première génération de la Volkswagen Scirocco a connu un succès avec 504 153 unités vendues. Son design et ses équipements ont subtilement évolué au fil des années.

Lors de sa commercialisation, la Scirocco était classée en trois versions, déclinées en cinq finitions. La finition dite « standard » qui n’était proposée qu’avec le 1.1L 50cv en équipement de base.

Les trois versions intermédiaires, appelées L, S et LS, ont ajouté certains équipements tels qu’une lunette arrière chauffante et des sièges confort à l’avant.

Ces garnitures étaient disponibles avec le 70 ch 1,5 L. La version TS haut de gamme était disponible avec le 1,5 L et 85 chevaux.

Il faudra attendre fin 74 pour voir débarquer la première amélioration technique de la Volkswagen Scirocco : la transmission automatique en option sur le 1.5L.

Pour distinguer la version haut de gamme des versions standard et intermédiaire, les deux phares rectangulaires ont été remplacés par deux optiques doubles rondes. Cette version était également équipée de sièges aux motifs tartan si chers à la marque, dont la couleur était liée à celle de la carrosserie. La classe supérieure des années 70 !

En 1977, la gamme est légèrement modifiée. La version standard devient N et les versions intermédiaires sont regroupées sous la version L. La TS troque son badge avec la bien plus évocatrice et vendeuse GT !

Plus tard, après un premier restylage en 1978, comprenant notamment des clignotants avant débordant des ailes et la disparition du chrome dans les plastiques du pare-chocs. Oui, alors le plastique est super et le chrome n’est pas vintage, c’est vieux !

En 1979, le 1,5 L de 85 ch est remplacé par un 1,6 L et à partir de 1980, il est proposé avec la boîte manuelle à 5 rapports, mais uniquement en option.

Un nouveau moteur fait son apparition : il s’agit également d’un 4 cylindres de 1,6 L sauf qu’il développe 110 ch grâce à l’injection. Il est accouplé de série à une boîte manuelle à 5 rapports. Les GSi et GTi sont nées… Dommage que cette dernière ne soit pas disponible en France.

A la même époque cette année-là, la GT devient la version d’entrée de gamme. Ce qui correspond à la gentrification souhaitée par Karmann pour « sa » voiture.

À Lire  Rétromobile : notre point sur la vente aux enchères et le marché des collectionneurs

Avec son poids contenu sous la barre des tonnes et son châssis pratique, ce dernier moteur était un atout indéniable pour arborer la fibre sportive voulue par Volkswagen pour son coupé.

La Scirocco a également été démontrée à plusieurs reprises en rallye et notamment lors du Monte-Carlo en 1977 dans la catégorie des véhicules de tourisme. Une victoire qui a contribué à renforcer sa réputation de voiture de sport.

Aussi, dans moins d’une semaine nous retrouverons une Volkswagen Scirocco au Rallye Monte-Carlo Historique 2023 pilotée par Ilya Kashin… mais ce sera une voiture de deuxième génération, celle que nous vous présentons tout de suite.

La Volkswagen Scirocco se renouvelle (déjà)

La version 2 de la Volkswagen Scirocco est présentée en 1981, toujours au Salon de Genève deux ans avant la Golf 2 !

Il a remplacé le modèle d’origine seulement 7 ans après son lancement. Volkswagen tentait sûrement d’entretenir une dynamique de renouvellement permanent, bien loin des années 1960 où l’on pouvait se permettre de garder au catalogue une voiture de presque 20 ans (oui, la Karmann-Ghia).

A cette occasion, ce sont les bureaux d’études de Karmann et Volkswagen qui se disputent la conception de la nouvelle version. Au final, c’est VW qui gagne.

Le cahier des charges prévoyait notamment une carrosserie allongée pour permettre un meilleur espace de vie à bord et une meilleure aérodynamique. Le pare-brise incliné et le becquet de lunette arrière réduiront son coefficient de pénétration dans l’air, passant de 0,42 à 0,38 Cx. Son becquet arrière renforcera la force aérodynamique et donc son adhérence à la route à grande vitesse.

Cependant, la Volkswagen Scirocco II a conservé le châssis et le train de roulement de la première génération encore empruntés à la Golf I. Un rafraîchissement qui n’était sans doute pas nécessaire, compte tenu de l’efficacité de sa première version.

Son design arbore une nouvelle face avant composée de deux optiques doubles rectangulaires et de deux antibrouillards. La version d’entrée avait encore deux optiques rectangulaires simples. L’arrière a également été redessiné et fait amusant, ses nouveaux feux arrière ont été empruntés par Aston Martin pour leur Virage.

La qualité intérieure est rehaussée avec un tableau de bord capitonné et des moquettes en velours, s’il vous plait !

Comme la première génération, ce nouveau millésime a connu des évolutions tout au long de sa carrière. Les versions d’entrée de gamme disparaissent au profit des versions haut de gamme. L’ensemble est repensé et épuré. L’équipement de chaque version est également revu.

1981 a vu le retour des versions d’entrée en premier. Ils s’appellent L et CL, mais oubliez le premier, il n’était pas disponible en France, tout comme les GL et GLS milieu de gamme, également non disponibles en France. Mais qu’importe, car ces trois versions seront de toute façon supprimées du catalogue mondial à la fin de l’année suivante.

En 1982, la version GTS entre au catalogue avec ses autocollants et sa sellerie spécifique accompagnée du 1.6 l de 85 CV. Le 1.8 l injection passe de 110 à 112 ch.

A partir de 1983, les moteurs d’entrée de gamme de 60 et 85 ch disparaissent. Ce dernier est remplacé par un carburateur 1,8 l de 90 ch.

En 1984, comme à la fin de la première génération, la GT redevient l’entrée de gamme. La GTL et la GTX suivent, oui encore deux nouvelles appellations !

Puis, en 1985, arrive une version 1.8L 16 soupapes qui vient haut de gamme. Elle développe 139 ch et en fait la première Volkswagen à dépasser les 200 km/h, 6 mois avant la Golf !

Car oui, rappelons-le, tous les éléments qui ont fait le succès de la Golf 1ère génération, à savoir son châssis extrêmement performant, son moteur estampillé du badge GTi et cette dernière version de 139 ch étaient présents dans la Volkswagen Scirocco avant la Golf ! Ainsi, la sœur cadette a en quelque sorte volé la vedette.

En 1991, pour son avant-dernière année de production, ses équipements de sécurité sont améliorés. Il intègre des clignotants latéraux, une protection contre les chocs latéraux optimisée et des ceintures à trois points pour les sièges arrière.

Dans sa dernière année de production en 1992, les répétiteurs de clignotants sur les ailes avant étaient déjà de série.

Une carrière exemplaire

Vendue à près de 800 000 exemplaires en 18 ans et deux générations, la Volkswagen Scirocco peut se targuer d’être un coupé populaire… qui a résisté aux GTI, et pas à toutes les autres, nous en parlions en l’occurrence. Son grand succès est principalement dû à sa première génération, qui s’est écoulée à un peu plus de 500 000 exemplaires. La Volkswagen Scirocco II, vendue à 291 497 exemplaires, a obtenu une note honorable mais évidemment inférieure aux attentes.

Finalement, trois générations au compteur

Sa légende a perduré et reste aujourd’hui un véhicule emblématique de la marque Volkswagen, apprécié des passionnés d’automobile pour ses performances et son style. La Volkswagen Scirocco cède la place à la Corrado qui sera produite jusqu’en 1995.

Par la suite, la marque l’a ressuscité de ses cendres avec une nouvelle interprétation moderne avec son concept « IROC » présenté au Mondial de l’Automobile de Paris en 2006. La Volkswagen Scirocco III sera livrée en version de série entre 2008 et 2017 avant de s’envoler à nouveau sous la chaleur . souffle du vent du désert.

Le Volkswagen Scirocco en collection

Il est toujours possible d’acquérir une Volkswagen Scirocco de collection même si le choix de modèle n’est pas considérable. La première génération est la plus populaire, car elle ressemble à la vraie Volkswagen Scirocco, qui a commencé la coupe avec la KG alors considérée comme obsolète.

Pour un modèle d’entrée de gamme en bon état, le prix oscille entre 3 500 et 8 000 euros. Les versions intermédiaires vont de 6 € à 13 000 €.

Les versions à injection haut de gamme vont de 7 à 15 000 €. Mais ces valeurs peuvent encore augmenter selon les cas et l’état des véhicules. Ah – en trouver un strictement original reste encore plus compliqué !

Par conséquent, le prix de la Volkswagen Scirocco II est légèrement inférieur à celui de son prédécesseur. Mais identique d’un point de vue technique et plus avancé en termes de qualité perçue, d’habitabilité et d’équipement.

Ainsi, il compte entre 3 500 € et 7 500 € pour un exemplaire assez haut de gamme avec un moteur à injection, en bon ou exceptionnel état. Pour la version haut de gamme à moteur 16V, les prix oscillent entre 5 500 € et 11 000 €.

En général, les séries spéciales sont plus prisées et c’est surtout du côté de la deuxième génération qu’il faut se tourner car la Volkswagen Scirocco 2 n’en compte pas moins de huit !