Tarn : pas de permis de conduire, pas d’assurance et conduite en état d’ébriété…

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

l’essentiel

Le motard de 31 ans, habitant de Carmaux, a été interpellé par la police albigeoise dans la nuit de dimanche à lundi. Jugé ce mardi après-midi en comparution immédiate, il a été condamné à 16 mois de prison, avec maintien en détention.

Il était minuit, dans la nuit du 22 au 23 janvier, lorsqu’une patrouille du commissariat d’Albi croisa un motard, au volant d’un suspect, qui remontait les Lices Jean-Moulin en direction de la place Jean-Jaurès, au centre de l’évêché ville. ville

L’homme a fini par se garer, sur une place réservée aux handicapés devant le supermarché de nuit de l’avenue Gambetta, mais lorsque la patrouille de police est arrivée à hauteur du véhicule, elle n’a trouvé personne à l’intérieur.

Ce n’est que vers 2 heures du matin que la même patrouille croise à nouveau la Peugeot 407 de l’individu, empruntant cette fois le boulevard Paul Bodin. La police décide de le contrôler et active la sirène et le gyrophare. Mais l’automobiliste ne s’arrête pas : au contraire, il accélère pour s’échapper.

Dans leur rapport, les policiers indiqueront que le compteur de son véhicule a atteint 80 km/h, à l’approche du rond-point du Lude, alors que l’homme tentait de rejoindre la rocade, alors à 140 km/h. C’est grâce à une béquille (stop-stick) placée sur la chaussée par un policier que le conducteur a finalement pu être interpellé : le pneu avant gauche a éclaté et sa voiture s’est arrêtée à 200 mètres.

« J’en avais marre d’attendre »

Selon la police, l’homme sentait l’alcool. Il parlait difficilement et d’un ton menaçant. Lors de la vérification, ils ont également constaté que son permis de conduire avait été révoqué et que le véhicule n’était pas assuré. L’homme a été placé en cellule d’ébriété puis en garde à vue au commissariat d’Albi, où il a été auditionné tôt lundi matin.

À Lire  Voiture neuve exposée à l'Abbaye de Stavelot

Placé sous mandat de dépôt après avoir été déféré au parquet, l’automobiliste a comparu mardi après-midi avec escorte devant le tribunal correctionnel d’Albi, pour conduite sous les effets d’un état alcoolique répété, sans assurance, et pour avoir refusé d’accomplir

Au bar de la cour, il dit avoir passé le dimanche soir à Albi pour manger et boire quelques bières. Il explique qu’il a « repéré » la police la première fois, alors il a garé sa voiture jusqu’à 2 heures du matin pour « se renseigner ». Pendant ce temps, il est allé à l’épicerie le soir pour acheter des bières.

Le président Arrial lui demande s’il reconnaît avoir fait un excès de vitesse alors que la police a tenté de le contrôler une deuxième fois. Il répond par l’affirmative : « Oui, j’en avais marre d’attendre, je voulais rentrer chez moi. »

16 condamnations au casier

Concernant l’annulation du permis de conduire à partir de juin 2021, il assure aux magistrats qu’il n’en avait pas eu connaissance : l’avis a été reçu à son domicile alors qu’il était à l’époque… en prison. En raison de l’absence d’assurance sur le véhicule, il dit au tribunal qu’il appartient à son frère et qu’il n’était pas au courant non plus.

L’homme, domicilié à Carmaux, est déjà connu de la justice, avec 16 condamnations à son palmarès depuis 2007, dont plusieurs pour des infractions routières. Il est sorti de prison en juillet dernier, après un aménagement de peine.

La procureure d’Albi, Stéphanie Bazart, a souligné que l’accusé « ne remet pas en cause son comportement dangereux » et qu’il « n’a pas la volonté de faire face à son problème d’alcoolisme ». Son avocat, Me Bréjaud, estime toutefois qu’il était « en phase de réinsertion », ayant trouvé du travail comme livreur dès sa sortie de prison et réduit sa consommation d’alcool.