Le nouvel Eldorado des voitures rétro : « L’âge d’or » de l’automobile…

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Conduire une voiture de 25 ou 30 ans n’est pas une nouvelle mode pour les hipsters, mais une vraie tendance, qui allie plaisir de conduite et avantages fiscaux. Et un sentiment de nostalgie.

Pourquoi est-ce important ?

Les milléniaux – les personnes nées entre le début des années 1980 et la fin des années 1990 – sont de gros cerveaux. Et si leur influence se fait sentir sur le marché de l’occasion, des premières caméras aux équipements sportifs rétro, elle continue de croître sur le marché automobile, et leurs modèles d’enfance en particulier.

La demande est là, l’offre suit (et les prix grimpent)

Le mandat de plus en plus fort d’abandonner les combustibles fossiles et de passer aux voitures électriques se renforce peut-être, mais le marché de l’occasion n’est pas mort.

Un peu de confort et beaucoup de mécanique

« Beaucoup de gens pensent que l’âge d’or des voitures était les années 50 et 60, mais on pourrait dire que les années 90 étaient vraiment l’âge d’or. Vous aviez cette combinaison de puissance élevée, d’éclairage et de systèmes. La sécurité minimale qui rendait la combinaison vraiment intéressante Les voitures modernes sont très confortables et merveilleuses, mais c’est une sorte d’expérience de conduite. »

Le charme Old Timer

En Belgique et dans l’ensemble de l’Europe occidentale, le contexte est un peu moins permissif. Un nombre croissant de villes déclarent des « zones à faibles émissions », supprimant les vieilles voitures jugées trop polluantes. C’est notamment le cas des moteurs diesel – qui étaient vendus en leur temps comme plus propres – mais les moteurs à essence sont également victimes. Par exemple, Bruxelles a interdit l’entrée du diesel Euro 4 (immatriculé avant 2011) et augmentera la taille à l’essence Euro 2 (2001) et au diesel Euro 5 (2015) à partir de 2025.

À Lire  La métropole de Lyon. Fabrice Eboué, Jeremy Ferrari, Kev Adams : des nominations d'humour pas à...