Le couple Blata en ébullition : qui sont-ils ?

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Une mauvaise nouvelle est prévue pour le célèbre duo d’influenceurs basé à Dubaï, Blata. Meta (la maison mère de Facebook et Instagram) a annoncé jeudi 26 janvier avoir supprimé le compte Instagram de Marc (suivi de 4,2 millions de personnes) et de sa femme, Nadé (2,8 millions de personnes).

Marc est un ancien candidat de télé-réalité qui a gagné en popularité sur les réseaux sociaux avec ses « croustis », présentés comme des révélations sur l’univers de la télé-réalité, du rap ou des stars du foot.

« Nous avons des règles claires contre les personnes qui essaient d’utiliser nos services pour abuser des autres », a déclaré à l’AFP un porte-parole de Meta. « Nos équipes ont supprimé certains comptes qui enfreignent ces politiques et restent déterminées à continuer à travailler pour supprimer le contenu et les comptes qui enfreignent nos règles », a-t-il poursuivi.

Cette annonce intervient quelques jours après que le collectif Victimes d’Influence (AVI) a déposé deux plaintes collectives auprès du parquet de Paris. Soit 88 plaintes conjointes, « pour escroquerie en bande organisée, association de malfaiteurs et abus de confiance ».

Préjudice salé

La première plainte, « contre x », vise la plateforme Animoon en lien avec une éventuelle arnaque NFT, un système de jetons adossés à des crypto-monnaies. Fortement inspiré du jeu de cartes Pokémon, ce projet rassemblerait plus de 5 000 investisseurs.

Le principe? Comme d’autres influenceurs français, Marc Blata et ses amis proposeraient à leurs abonnés d’acheter des jetons fongibles, garantissant que leurs investissements seraient couverts d’or : 2 500 dollars sont offerts chaque mois à vie, des vêtements de luxe, des voyages au Japon et des gains de cartes Pokémon. .

Le problème, c’est que cinq mois après la vente de ces NFT, aucun investisseur français n’a perçu de dividendes. « Les créateurs et les réalisateurs sont injoignables », a déclaré Franceinfo. « Ils ont annoncé un projet avec des cadeaux. Il n’y a rien de tel, maintenant que des boîtes vides », a déclaré le collectif AVI, cité par 20Minutes. « Le préjudice total de l’affaire est estimé à plus de 6 millions de dollars, soit plus de 5,5 millions d’euros », précise Le Parisien.

À Lire  Fenêtre. 5 000 petites voitures garées dans le grenier de "Billy", le passionné

La deuxième plainte vise directement le couple Blata. Depuis plusieurs années, Marc et Nadé proposent à leurs abonnés de suivre leurs activités de copytrading (trading en ligne) via la plateforme Telegram. « Avec la promesse de recevoir des signaux pour imiter les investissements, les ventes et les reventes des commerçants professionnels. Et ainsi s’enrichir facilement sans rien en savoir », écrit le journal Libération. Un bon pourboire obtenu pour un droit d’entrée de chaîne de 500 euros.

Les pertes financières sont importantes, entre 1 500 et 2 000 euros par personne, selon les calculs du collectif AVI. Précisant qu’un membre a été libéré de la somme de 13 000 euros.

Marc Blata se défend

Contacté par BFMTV, Marc Blata a réfuté ces accusations : « Le projet Animoon est sorti il ​​y a environ un an […] Entre-temps, il y a eu une crise financière et une déflation », a souligné Azaldu. « Je ne suis pas le créateur d’Animoon, je ne suis pas responsable. »

L’homme a également blâmé les personnes qui investissent sans y prêter suffisamment attention : « Je ne suis pas un trader, mais j’ai atteint un certain niveau qui me permet d’être crédible. Quand j’envoie des signaux de traders professionnels, il faut les suivre jusqu’au bout. minute. Le problème, c’est que les gens se précipitent et qu’il perd son métier », a-t-il soutenu. « C’est un domaine dangereux, il faut être responsable ».

L’actualité éditoriale de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL, inscrivez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l’actualité au quotidien

Abonnez-vous à la newsletter RTL Info