La Citroën 2CV : le « lifestyle » à la française

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Cela n’a pas d’importance. Cependant, la Citroën 2CV entre dans la gamme des voitures. Rudimentaire et rustique, « Deuche » est devenu un objet de collection après de nombreuses années de succès.

2CV : cheville ouvrière de Citroën

Dans les années 1950, la France agitée n’attendait qu’une chose : les vacances d’été. Sur les routes de France, un gastéropode intéressant fait son chemin : c’est la 2CV. Une « voiture du peuple » (comme une Coccinelle) sans bruit, tirant le top 60 km/h dans un murmure. Sa forme arrondie, ses phares « cyclopes » et son allure pataude font fureur. La 2CV transportait jusqu’à 4 personnes et était un modèle Citroën.

Et pourtant, elle roule !

Au départ, le parti pris des ingénieurs de Citroën était radical : créer une voiture bon marché, avec une mécanique moderne, qui se monte rapidement et se porte avec soin. Tromper le peuple populaire pour qu’il se réfugie pendant la guerre après la guerre.

Le résultat : Un moteur à deux cylindres, relié par le même jeu de vis, et avec du jeu entre les pièces. « La tranquillité plutôt que la performance » : le sens de la 2CV est modeste, mais le pari de son créateur Pierre-Jules Boulanger a été réussi. La 2CV ne roule pas, elle fait de la soupe !

La lente mue de la 2CV

Concurrence à ses débuts par la Renault 4CV, la 2CV s’est finalement imposée comme un modèle concept dans les années 1960. C’était le summum du véhicule « à deux roues ». Mais si le concept de voiture « anachronique » réussit, la 2CV ne peut ignorer les avancées technologiques.

À Lire  La voiture en question | La presse

Le confort et les performances augmentent sensiblement avec la sortie de nouveaux modèles : notamment les 2CV « AZ » et Type « AZAM ». La 2CV a atteint son apogée dans les années 1960.

Son travail se poursuit 30 ans plus tard, avec un total de plus de 5 millions d’exemplaires vendus. Et en 2023, la 2CV fête ses 75 ans en grande pompe.

La 2CV : un art de vivre

Plus qu’une voiture, la 2CV est un symbole de l’art de vivre « à la française ». Il s’agit de liberté et de repos pour chacun : ainsi la scène épique du film « Le Corniaud » consiste en une 2CV conduite par Bourvil, en route pour se reposer. Les « deux jambes » se sont disloquées après avoir percuté une Bentley conduite par Louis de Funès. C’est du côté de ce « kit » de la voiture que la 2CV crée enfin son histoire.

Compliqué et sans réelle beauté, son succès est dû à l’intérêt d’un certain âge. 75 ans après son lancement, la 2CV est aujourd’hui vénérée par des groupes de passionnés du monde entier. Il est même devenu une pièce de collection à un prix élevé.