En 1972, Auto-Journal teste l’Opel Rekord (qualité, défauts)

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Au début des années 1970, Opel, sous forte influence américaine de GM, renouvelle sa gamme en essayant d’adapter ses voitures à l’Europe. Après une Ascona convaincante et inédite, la marque Blitz renouvelle ainsi sa berline milieu de gamme, la Rekord, très classique tant dans la forme que dans le fond…

Au début des années 1970, Opel, sous forte influence américaine de GM, renouvelle sa gamme en essayant d’adapter ses voitures à l’Europe. Après une Ascona convaincante et inédite, la marque Blitz renouvelle ainsi sa berline milieu de gamme, la Rekord, très classique tant dans la forme que dans le fond…

Opel Rekord 1900 (1972) : morceaux choisis

« Un record en chasse un autre : c’est la loi du sport. Il en est de même chez Opel pour le Rekord qui vient de changer une nouvelle fois de carrosserie. Ce dernier est aujourd’hui plus large que le premier avec, surtout, des surfaces vitrées nettement augmentées.

« Hormis la carrosserie, la nouvelle Opel reproduit très fidèlement l’ancienne mécanique, et les suspensions n’ont bénéficié que de modifications mineures.

« L’essieu arrière, qui est bien braqué, a maintenant des amortisseurs verticaux et non plus des pentes. Cependant, les voies ont été élargies pour offrir un meilleur appui. »

« La Rekord II peut être considérée comme une nouvelle voiture au sens américain, mais en Europe les clients sont souvent plus exigeants et demandent plus de progrès : des roues indépendantes comme celles de la Ford Granada auraient été les bienvenues.

« Nous avons goûté une 1900 SH quatre portes à boîte manuelle, qui sera sans aucun doute la version la plus demandée en France.

« Le compte-tours n’est pas de série, il fait partie de l’équipement ‘Sprint’, mais le moteur 1900 ne donne pas l’impression de surrégime ou de peine à la vitesse maximale sur l’autoroute.

« Comme c’est souvent le cas chez Opel, le nouveau Rekord est plus réactif que rapide. »

« Notre Rekord II était équipé des nouveaux pneus V 10 S, qui semblent être parmi les meilleurs carcasses radiales dès le départ.

« La stabilité et le freinage de la voiture ont été très bons et les résultats sont bien meilleurs que ceux obtenus avec les pneus allemands lors de notre premier contact. »

« L’espace intérieur est tel que chacun trouve facilement la meilleure position de conduite. A l’avant, les sièges reculent suffisamment ; à l’arrière il y a de la place pour les jambes et partout la largeur est exceptionnelle.

« La mécanique reste discrète, même à haute vitesse, la transmission se fait oublier et les bruits de roulement sont bien masqués. Conduire à Rekord est donc assez relaxant.

« Le tableau de bord mérite également de nombreux compliments car il est clair, extrêmement lisible, sans complications inutiles : trois grands cadrans devant le conducteur protégés par une vitre antireflet. Ces cadrans sont noirs avec des chiffres et des aiguilles blancs, ce qui reste la meilleure option. »

« Ce nouveau modèle et surtout le 6 cylindres Commodore aurait au moins mérité un pont De Dion comme le Kapitän, une direction à crémaillère et un capot dans le bon sens comme l’Ascona. »

À Lire  XPENG X2 effectue son premier vol public à Dubaï

Projets abandonnés : ces 10 voitures françaises qu’on aurait pu aimer…

Une armada des meilleures Ferrari exposées dès le 26 janvier 2023 !

Renault : quoi de neuf dans la série diamant (2023-2025) ?

Opel Rekord 1900 (1972) : ses qualités

« Ce qui frappe le plus à l’intérieur de Rekord, c’est la vue plutôt exceptionnelle. De plus, le pare-brise est très large et bien agencé, sur les côtés, les grandes vitres en forme de dôme, dépourvues des déflecteurs avant, descendent très bas et à l’arrière, la grande vitre réduit au minimum les angles morts.

« La prise en main de la boîte de vitesses est très aisée grâce à la douceur et l’efficacité de la synchronisation. Le levier est le mieux positionné possible : on ne peut engager la marche arrière qu’après avoir soulevé une sorte d’anneau autour de l’axe du levier. »

« Sur la courbe à vitesse constante, la voiture est très économe en carburant à basse vitesse car elle démarre en dessous de 6 litres et reste autour de 8 litres à 120 km/h.

En voiture, on croyait avoir tout vu, tout découvert. Il est gratifiant de constater qu’il est encore possible de faire des découvertes incroyables. C’est le cas de cette fabuleuse collection de bijoux prestigieux, tous français… https://t.co/z9Ws6sHGBj

– AutoJournalMag (@AutoJournalMag) 24 janvier 2023

Opel Rekord 1900 (1972) : ses défauts

« Pour la suspension, les progrès sont minimes, et Rekord est loin d’être un modèle de confort. La vibration du train arrière est naturellement transmise à l’intérieur, et dans les mauvais passages l’ensemble manque de débattement. Les balancements sont rares, mais les coups de raquette sont sensibles, surtout sur le dos.

« La direction est assez douce même à l’arrêt, et le rayon de braquage ne dépasse pas 10,90 mètres, ce qui est satisfaisant pour la maniabilité. Malheureusement, la précision du volant à grande vitesse est insuffisante, ce qui est assez inquiétant.

« A Montlhéry, après de nombreuses tentatives, nous avons réussi à tourner à 162,6 km/h. Cette vitesse de pointe peut être considérée comme modeste, d’autant que le premier Rekord 1900 cm3 atteignait il y a cinq ans déjà les 157 km/h. Alors 1 km/h par an, c’est gagné !

Peugeot sera de la partie au salon Rétromobile 2023 sous la forme d’une rétrospective de sa « Série 4 », de la 401 à la nouvelle 408 dévoilée en 22022. Mais pas que… https://t.co/gmwjlxATdx

– AutoJournalMag (@AutoJournalMag) 24 janvier 2023

Opel Rekord 1900 (1972) : en mesures

Opel Rekord 1900 (1972) : vu d’aujourd’hui

Dès les années 1980, le constructeur allemand Opel, filiale européenne de GM, s’affranchit de la tutelle de sa pesante maison mère et connaît de belles années dans le moyen et le haut de gamme avec Rekord et Omega.

Les modèles ont ensuite été remplacés respectivement par la Vectra et la Signum, qui, comme chez Renault, n’ont jamais vraiment convaincu. Désormais, tous les espoirs reposent sur l’Insignia, une élégante berline qui, si empreinte de qualités, peine aussi à convaincre…

Retrouvez notre essai rétro de l’Opel Rekord 1900 dans Auto-Journal n°1124 du 29/12/2022.

Du 26 au 28 En janvier 2023, certaines des plus grandes Ferrari de l’histoire seront exposées au Palm Beach Cavallino Classic Concorso à Eleganza, en Floride, dont la 166 MM, vainqueur des 24 Heures du Mans en 1949 ! https://t.co/ZfIeDzCMG2

– AutoJournalMag (@AutoJournalMag) 24 janvier 2023