Des voleurs jugés pour l’enlèvement et le vol d’un…

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Publié

Il y a 3 heures, Mis à jour il y a 3 heures

Pour leur défense, les prévenus ont expliqué au tribunal de Saint-Brieuc qu’ils transportaient du cannabis, qui devait être payé en… ancienne monnaie.

Hier, mardi 17 janvier, quatre hommes ont été condamnés pour cambriolage avec réclusion criminelle à Lannion (Côtes-d’Armor), les faits datant du 31 mai 2020. Trois d’entre eux ont été condamnés à quatre à cinq ans de prison, le dernier ayant été libéré.

Selon l’enquête et le récit du président de l’audience, rapportés par Le Télégramme, quatre individus sont entrés avant 9 heures du matin dans le domicile d’un « collectionneur instruit de collectionneurs », réclamant de l’or. Les hommes ont expliqué qu’ils étaient « payés pour […] retrouver » leur victime, dont la femme se trouvait également dans la maison. Le couple était détenu sous la menace, ligoté. Une grande partie de la collection a été emportée, avec des pièces en argent et des bijoux précieux.

Lire aussi Séquestration de mineurs : cinq inculpations dans l’Aude

Un mis en cause relaxé

Le travail d’enquête a ensuite permis d’identifier quatre suspects, originaires de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Un buraliste de Lannion a d’abord mis les enquêteurs sur la piste d’une voiture immatriculée dans le 93. Après des échanges d’informations avec la BRI des Yvelines, un homme a finalement comparu : Akim Goucem. Son portable était cantonné à Lannion la veille de l’incident, puis lors du trajet retour en Île-de-France… exactement comme celui de la victime volée. Au procès, l’accusé expliqua qu’il avait transporté du chanvre en Bretagne, dont le paiement était prévu en ancienne monnaie.

À Lire  Rhône. 60 voitures anciennes ont été vendues aux enchères ce dimanche à Eurexpo

Des arguments qui n’ont pas convaincu : Akim Goucem a été condamné à cinq ans de prison, comme l’un des complices, Yassin Lanjri. Issa Coulibaly, l’un des autres membres du commandement selon la justice, a été condamné à quatre ans fermes, tandis qu’un quart a été libéré, « faute d’éléments suffisants pour le retenir parmi les membres de l’expédition », comme le commente par Mi. Manant, avocat des parties civiles, au Figaro.

Ce dernier, de son côté, s’est interrogé sur l’identité du collectionneur. Cité par Le Télégramme, Me Ouchikli, qui défendait l’un des co-accusés, lui a posé la question hier mardi, malgré les preuves : « Des voleurs masqués, avec des casquettes, et ils seraient reconnus au conseil des semaines plus tard ? ».