« Ça fait revivre les souvenirs… » La Co’Met d’Orléans devient un paradis…

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Éric Mortier sourit. Organisée jusqu’à présent au Chapit’O de Fleury-les-Aubrais, la 44ème bourse internationale des voitures miniatures, trains et jouets anciens rassemble plus de 350 exposants et attire des collectionneurs de tous horizons, au CO’Met d’Orléans , ce dimanche 22 .janvier.

« On a des exposants qui viennent de Belgique, des Pays-Bas et tous les départements de France sont représentés. Le CO’Met crée un engouement pour les Orléanais, mais les autres ne viennent pas que pour ça. Des milliers de visiteurs », souligne l’organisateur de l’événement et président de l’association orléanaise Mini Auto 45.

Trains anciens, jouets, voitures miniatures

Sur les tables qui s’étendent à perte de vue, il y a des trains anciens, des jouets, mais surtout des voitures miniatures de collection. Parmi les exposants, Erwan, de Paris. Des voitures miniatures à tous les prix s’arrachent sur le stand. Un à 150 euros, un autre beaucoup plus cher…

« Tout dépend des couleurs, des modèles, de la taille », explique le collectionneur professionnel de voitures miniatures, qui a débuté dans ce domaine il y a huit ans sur le stand d’Erwan, de Paris.

Voitures, trains, Lego et Playmobil… Les passionnés de jouets anciens ont rendez-vous à CO’Met le dimanche 22 janvier

Dominique, de Fontainebleau (Seine-et-Marne), participe pour la première fois au salon du jouet d’Orléans : « La salle est grande, il y a du monde, mais les clients achètent avec le sourire », observe l’exposant.

Sur le stand, il y a des voitures miniatures d’occasion, initialement vendues principalement dans les bureaux de presse. Tous sont à dix euros. Laurent, originaire de Montpellier (Hérault), propose des modèles de voitures plus grandes. On y voit notamment le fameux taxi marseillais de Samy Naceri.

Recevez notre newsletter loisirs par e-mail et trouvez des idées d’excursions et d’activités dans votre région.

À Lire  Voitures d'occasion : points importants à vérifier avant d'acheter

« Les voitures de cinéma se vendent très bien. Pour la bourse d’Orléans, je n’ai choisi que des voitures de grande classe, car je ne pouvais pas tout apporter ».

Laurent (Concessionnaire de voitures anciennes de Montpellier) Originaire de Montpellier, Laurent propose des voitures plus grandes… Dont le célèbre taxi marseillais de Samy Naceri.

« La collection de voitures fait vivre le souvenir »

Sur son stand, ils se vendent plusieurs centaines d’euros. Mais qui sont les visiteurs, qui n’ont pas peur de mettre le prix pour s’amuser ? « Nous avons beaucoup de retraités ou de jeunes retraités. Ce sont des voitures anciennes que leurs parents, ou eux-mêmes, possédaient. La collection de véhicules miniatures fait revivre la mémoire », raconte Dominique, l’exposant de Fontainebleau. Dominique, de Fontainebleau.

Jean-Claude est un collectionneur d’Auxerre (Yonne), qui apprécie la diversité des exposants. « Il y en a beaucoup donc on a le choix, même si la lumière dans la pièce ne permet pas toujours de bien voir les voitures. On trouve ce qu’on cherche », explique le retraité. Olivier possède 1 050 modèles de collection et voyage dans les bourses du monde entier.

Des voitures à tous les prix

« Je vais à Los Angeles, Tokyo, Londres. Je trouve que la bourse d’Orléans a beaucoup de choix, mais ce n’est pas toujours qualitatif, comme toutes les bourses françaises. J’ai quand même pu trouver deux voitures miniatures », poursuit-il. visiteur à l’accent raide de Périgueux (Dordogne). Côté prix, le collectionneur n’a pas peur : « J’ai autant de plaisir à acheter une voiture ancienne à dix centimes qu’à 1 700 euros ». Une passion sans limite…

Pratique. Dimanche 22 janvier de 9h à 17h au parc des expositions Co’Met. Tarif : 7 € (gratuit pour les moins de 15 ans). Tel. 06.83.19.56.96.