Vision 2023 par Patrice Guyot : En 2023, l’industrie de …

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Tout d’abord, chers collègues de l’hôtellerie-restauration, lecteurs de Tendance Hôtellerie, je vous adresse ainsi qu’à toutes les équipes mes meilleurs vœux pour 2023. Un grand merci également à Guillain de m’avoir permis de me faire part de nos projections pour l’année 2023.

Plus que jamais, notre industrie a besoin de se renouveler et de s’ouvrir aux pratiques et aux normes que poussent les autres industries. La crise du covid-19 a complètement bouleversé l’ordre de l’économie touristique mondiale, ainsi que ses normes. Le voyageur de 2023 n’est pas du tout comme le voyageur de 2019, et sera complètement différent de 2025. Il attend la même fluidité de réservation, paiement, self-service, check-in, visite virtuelle, annulation, rapidité de communication, personnalisation communication et accueil, relation client, retour de satisfaction qu’il pourrait avoir dans la plupart des enseignes de distribution ou de e-commerce.

Certes, les résultats de la saison estivale 2022 sont bien supérieurs aux attentes de l’industrie puisque l’on constate des ratios plus élevés que la période pré-Covid. Mais on ne va pas se cacher la personne : si la plupart des hébergeurs ont pu faire le tour avec de l’exercice, une partie du parc hôtelier français a encore fort à faire, ou s’appuie encore sur des systèmes informatiques obsolètes, des ordinateurs depuis plus de 10 ans. ans. , logiciel qui est un véritable frein à leur développement et manque de formation.

Et en 2023 nous serons confrontés à un double défi :

Mais tout n’est pas dans le logiciel… La technologie n’est pas en reste ; l’adhésion des acteurs beaucoup trop lentement.

1- Hybridation des hébergements

Chez Sequoiasoft nous observons depuis deux ans cette accélération du phénomène d’hybridation de l’industrie hôtelière :

2 – Hybridation du recrutement

En 2022, on n’a jamais vu autant de concrétisations de nouveaux concepts et offres de glamping, de séjour en care, de travail ou de bleisure pour trois raisons principales :

3 – Hybridation du travail avec les technologies pour un collaborateur augmenté

Le rapport de force a changé et les professionnels ont besoin de se vendre davantage, prônent la qualité de vie au travail pour recruter. Les profils des nouveaux embauchés ne sont plus les mêmes et la profession attire des candidats d’autres pays ou secteurs. Les profils atypiques ou les reconversions issues de la logistique et de la distribution intéressent désormais. L’expertise terrain ne doit plus être le principal critère de recrutement au profit de soft skills comme l’adaptabilité, l’agilité, l’empathie. Cette diversité se retrouve sur les bancs des formations hôtelières et touristiques qui attirent des étudiants ou des salariés en reconversion d’autres secteurs. Cette année, le Sequoiasoft Education Challenge a décerné la 1ère et la 3ème place du podium à un Master spécialisé en Hôtellerie et Restauration de formation généraliste (IAE Lyon). C’est un signe fort qu’il ne faut pas sous-estimer !

À Lire  Le Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent s'inquiète de la baisse du prix du bois résineux | infodimanche.com

4 – Hybridation des systèmes logiciels

Autre phénomène, les promotions qui sortent actuellement des formations hôtelières vont être un moteur dans l’accélération de cette transformation. Cette génération de digital natives (les Alphas) ​​est fortement imprégnée des standards de consommation et de communication poussés notamment par le e-commerce, et ils se sont familiarisés avec de nouveaux logiciels, technologies et méthodologies, auprès de professionnels en exercice, se mettant en effet sur la transformation. leurs établissements. Il faut les écouter davantage et les impliquer dans le marketing et le fonctionnement des établissements.

Confronté au manque de personnel, aux coûts de recrutement et de dépenses, l’hôtelier doit s’appuyer davantage sur les technologies qui lui permettent d’automatiser les tâches les moins intellectuelles ou complexes, de dégager du temps pour éviter qu’aucune machine ne puisse encore le supporter : influence, qualité de service via le client personnel rapports.

5 – Hybridation de l’exploitation des données

Pour pouvoir être réactif et s’adapter à un contexte changeant, un hôtel doit pouvoir s’appuyer sur un système simple mais efficace, adaptable mais évolutif. Alors que le choix d’un système logiciel basé sur le Tout-API génère beaucoup d’instabilité et multiplie les lignes de coûts (qui affectent davantage la rentabilité) et les problèmes liés aux bugs et au support, le choix d’un système hybride rassure les professionnels.

6 – Hybridation des paiements

Ces mêmes systèmes logiciels doivent pouvoir accompagner la diversification croissante des offres d’hébergement, et pouvoir gérer un hôtel, un camping ou un village de vacances au sein d’un groupe à partir d’un même système, et pouvoir mutualiser Cardex, client. informations ou Business Intelligence de manière centralisée.

En 2023, les systèmes logiciels devraient faciliter la connectivité avec les acteurs de la gestion des ressources en eau et en électricité, ainsi que ceux impliqués dans la gestion des déchets et l’analyse de l’empreinte carbone. Les syndicats et les fédérations doivent montrer la voie en facilitant l’éducation et en accélérant l’adoption. Le voyageur doit être au cœur des efforts de protection de l’environnement avec de nouvelles pratiques, par le jeu et la satisfaction grâce à l’accès aux données de consommation et de production, et par la naissance d’une tarification dynamique basée sur les efforts d’économie d’énergie ou d’empreinte carbone que font les voyageurs au cours de leur voyage. séjours.