TrashTalk Awards – S05 E04 : Ja Morant se confie sur un danseur et…

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

La NBA n’est jamais la dernière à apporter son lot d’affrontements verbaux en tout genre entre ses différents protagonistes. Et forcément, comptez sur nous pour les identifier le plus souvent possible, car sans être trop premiers, on adore ces duels musclés. Alors, selon vous, qui est le plus grand bavard du moment ?

L’édition précédente du TrashTalk Award avait été remportée par Kevin Durant qui était canon dès son réveil.

Candidat # 1 : Jayson Tatum se marre face au Heat

Peu de défenses peuvent résister à Jayson Tatum cette saison, pas même celle de Miami, réputée pour sa robustesse. Candidat légitime au MVP de la saison régulière, JT s’est occupé du cas du Heat le 1er décembre 2022, remportant 134-121 et marquant 49 points sur leur truffe. Le premier chocolat du calendrier de l’avent façon After Height ou Mon Chéri pour les Floridiens qui ont souffert de la loi du vert numéro 0. Non content de mettre le Heat dedans, Tatum a pris sur lui d’attaquer son adversaire direct.

😭😭😭😭 pic.twitter.com/1dj5iyQADQ

— TrashTalk (@TrashTalk_fr) 1er décembre 2022

Méga smile, très Freedent, très Hollywood bubblegum, mais surtout une jolie punchline tranquille. Jayson Tatum se prépare à attaquer son adversaire direct, éclatant de rire devant lui, comme s’il savait déjà qu’il avait gagné. Il faut dire qu’il en aurait été de même contre de nombreux défenseurs, mais malheureusement le pauvre Haywood Highsmith, qui ne demandait rien à personne, a souffert de l’ironie fulgurante de Tatum, qui a clairement le sourire aux lèvres.

Candidat # 2 : Le public des Pelicans s’en prend à Chris Paul

Un petit cours d’histoire avant de commencer ce sujet. Chris Paul a joué pour les New Orleans Hornets entre 2005 et 2011, puis ils sont devenus les Pelicans en 2013, un an avant que les Charlotte Bobcats ne reviennent aux Hornets un an plus tard, pour récupérer les honneurs et l’histoire de la franchise. comment suivez-vous Ok, alors nous pouvons continuer. Depuis 2011 et son départ chez les Clippers, CP3 n’a jamais maintenu autant de popularité en Louisiane, comme en témoignent ces chansons plutôt offensantes qui sont sorties de la scène du Smoothie King Center.

La foule des Pélicans a laissé tomber le CP3 hier soir.

Paul a joué 6 saisons pour les Hornets pic.twitter.com/NjgwS0HBnt

– Rapport sur le blanchisseur (@BleacherReport) 12 décembre 2022

Pour fournir le contexte, Paul venait de tirer et de déséquilibrer la nouvelle idole locale Zion Williamson dans un atterrissage. Connaissant l’étendue des responsabilités du colosse en matière de blessures, les fans des Pélicans ont inévitablement eu peur. Combien d’allier l’utile à l’agréable en déstabilisant l’adversaire et en s’amusant avec l’ancienne gloire qui n’est pas restée un bon souvenir lors de son départ malgré d’autres bons moments passés sur le parquet. Au moins ça mérite d’être dit.

Candidat # 3 : des signes “too small” en veux tu en voilà

Ah, le signe « trop ​​petit », ce nouveau classique rutilant utilisé généreusement (pour ne pas dire de manière excessive) par les joueurs NBA. Vous comprendrez rapidement pourquoi. Ici, nous avons deux prétendants en un pour cette bande de trashtalking de grande ligue: Patrick Beverley et Taurean Prince, et vous trouverez l’utilisation de ce geste, dans les deux situations, pour le moins surprenante.

Patrick Beverley vient de donner à Chris Paul le signe « trop ​​petit » sur un un contre un.

Les Lakers perdent, 70-46.

Nous sommes au-dessus de tout. pic.twitter.com/bqiw2fFAVr

— TrashTalk (@TrashTalk_fr) 20 décembre 2022

Le prince taureau regarde son banc après une et une et crie « TROP PETIT » alors que Jusuf Nurkić fait 2m11 pour 135 kilos mdrrr, c’est magnifique pic.twitter.com/nuXI2VgY2h

— TrashTalk (@TrashTalk_fr) 5 janvier 2023

La première situation, celle de Patrick Beverley. Le meneur des Lakers vient de marquer sur la truffe de Chris Paul et se permet donc d’imiter ce geste. Le problème, et pas des moindres : Patoche s’en sort alors que les Suns mènent encore 70-46 après ce panier, lors d’un match qui se terminera 130-104 en faveur des Suns, ce qui n’est pas propice aux fanfaronnades. Mais Pat Bev est habitué à de tels faits maintenant, il est entré dans le paysage de la NBA, alors ne lui en voulons pas et rions de lui.

À Lire  Comment assurer un scooter 50cc ?

Autre situation, celle du prince Taureau. L’ailier des Wolves marque et renverse Jusuf Nurkić, qui tombe ensuite. Ni une ni deux, horrifié fait la même mimique que le Chihuahua des Lakers. Mais là on a un problème : le pivot bosniaque fait environ 15 centimètres et 40 kilogrammes de plus que Prince. Cela enlève une grande partie de la signification du geste effectué précédemment. Ou cela signifie que de nombreux joueurs sont littéralement trop petits. Mais nous avons des doutes là-dessus.

Candidat # 4 : les Warriors s’acharnent sur les Grizzlies

Eh bien, les Warriors dans cette partie, comme c’est surprenant. Jamais les derniers à démolir un adversaire, les champions 2022 ont décidé de poursuivre cette nouvelle petite rivalité face aux Grizzlies. Ce dernier a privé Golden State des playoffs 2021 après le tournoi des play-in. Mais GS prend sa revanche sur les Bears en 2022 en demi-finale de conférence. Leurs conflits sont souvent passés au peigne fin en termes de gameplay, mais aussi de punchlines et de trashtalking. Récemment, Klay Thompson et Draymond Green se sont démarqués face à Dillon Brooks et Ja Morant.

Klay Thompson détendu sur Dillon Brooks 😭pic.twitter.com/IhRT1cZFWE

– TrashTalk (@TrashTalk_fr) 26 décembre 2022

– TrashTalk (@TrashTalk_fr) 26 décembre 2022

Après un tir à trois points contre Brooks, Thompson a vu son défenseur tomber au sol, lui donnant peut-être quelques frénésies de passes. Alors que Draymond Green, voyant également Ja Morant au sol après le blocage, décide de crier dans ses oreilles de la même manière. Pour donner un peu de contexte, Dillon Brooks a déclaré peu de temps avant ce match que parler de dynastie était trop pour les Warriors et qu’ils reviendraient chaque année. Pas encore cette fois Dillon. Car en plus d’allumer du rhum martiniquais, vous avez aussi perdu ce match 123 à 109.

Candidat # 5 : Ja Morant pousse la chansonnette

On retrouve ici Ja Morant, mais cette fois dans le rôle du bourreau. Après avoir tourmenté les Suns en inscrivant 29 points et en passant W 136 à 106, le meneur s’est permis de pointer du doigt son défenseur et de chanter après un panier avec une faute inscrite sur le museau de Saben Lee. Une petite chanson de chambre du jeune meneur des Oursons, tout comme ce cri après un autre panier avec une faute sur le visage du pivot bahamien Deandre Ayton.

Ja Morant chante « Il ne peut pas me garder » 😂 pic.twitter.com/2LXskgoZuw

– NBA Retweet (@RTNBA) 17 janvier 2023

« Il ne peut pas me défendre »

Auteur d’un troisième quart-temps fluide, Ja a décidé d’être un artiste dans tous les sens du terme. En effet, pourquoi prendre les devants quand on peut chanter après un mauvais panier tout en s’adonnant à quelques petits pas de danse tout en restant au sol ? C’est la question la plus probable que Ja Morant (ne s’est pas posée) après ce mauvais panier. La carrière du rappeur est déjà plus prometteuse que celle du court nan rien…

Candidat bonus : Domantas Sabonis sait très bien où il joue

Auteur d’une délicieuse saison, individuellement et collectivement, Domantas Sabonis est toujours un joueur des Kings, et il semble que le Lituanien le sache mieux que quiconque. Bien que les victoires soient bien plus fréquentes que ces quinze dernières années, et que le gros laser violet, synonyme de victoire, regarde souvent le Golden1Center et la capitale de la Californie en général, la franchise n’oublie pas ces 16 ans de disette sans les playoffs. , qui pourrait se terminer cette année. Mais revenons à nos moutons, Domas a pris peur après la victoire extremis contre Jazz, écoutez-le, il ressemble à un twitto.

Je suis époustouflé par la réaction de Domantas Sabonis 😭😭😭 il sait dans quelle franchise il joue pic.twitter.com/b48Cxg1JXJ

— TrashTalk (@TrashTalk_fr) 4 janvier 2023

De’Aaron Fox a marqué avec 0,4 seconde à faire pour donner la victoire à Sacramento, mais Lauri Markkanen a presque gâché l’ambiance. Recevant le 3 points dos au panier, le Finlandais attrape le ballon, se retourne et envoie le ballon s’écraser au travers des filets, mais malheureusement quelques dixièmes trop tard pour que le but soit confirmé. Les Kings ont gagné, mais les Kings ont eu peur, peut-être parce que ce sont les Kings, c’est le raisonnement de Domantas Sabonis, qui pensait encore avoir vu un moment « so Kangz ».