Mobilité : des lieux où bien travailler – Outils

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Modulables, très décorés, enrichis de services, les bureaux partagés séduisent les entreprises qui choisissent cette solution en complément ou en remplacement d’un patrimoine locatif. La formule permet aux travailleurs mobiles d’être assistés depuis le bureau le plus proche.

Le marché du coworking est en plein essor. Son chiffre d’affaires devrait bondir de 25 % en 2022, puis de 10 % par an d’ici 2024, comme le prévoyait Xerfi Precepta (1). Les grandes enseignes auront doublé leurs surfaces utilisées entre 2019 et 2024 à plus de 700 000 m2. Wework, leader européen, a bousculé le marché de l’immobilier locatif de bureaux en introduisant le service management.

Depuis, la croissance semble s’accélérer. « Les bureaux flexibles ne représentent que 1,5% du marché des bureaux locatifs et devraient être multipliés par 20 en 10 ans, car grâce aux pratiques RSE des entreprises et à la maîtrise de l’empreinte carbone, la combinaison travail et télétravail est pérenne sur le long terme « , précise Farid Elomri, directeur général de Wojo, qui soutient le groupe Accor.

Les entreprises misent sur des solutions flexibles à Paris, mais pas seulement. De nouveaux projets quittent la capitale et l’Ile-de-France – en voie de saturation – au profit des capitales régionales. Parmi eux, Lyon, Aix Marseille, Lille et Bordeaux bénéficient de la meilleure couverture des marques nationales et des acteurs locaux, notent les experts de Xerfi. Nice, Nantes et Montpellier pourraient être dans le groupe tenant.

« Face à l’absence de locomotive locale, Strasbourg, Toulouse et Rennes seront sans doute la prochaine cible des partenaires », prédisent-ils. Enfin, les villes moyennes peuvent avoir droit aux acteurs locaux et à Régus (groupe IWG), qui travaille en bénéficiant, selon Xerfi, de la meilleure couverture régionale. « Le maillage régional se poursuit, le marché est créé et l’heure est à son intégration », commente Farid Elomri. Les acteurs développent désormais leur activité de deux manières : l’ouverture de nouveaux sites et les acquisitions.

Pourquoi les entreprises choisissent-elles un bureau clé en main ?

– Rendre les immeubles plus flexibles pour répondre aux enjeux de la croissance : 60% des chefs d’entreprise envisagent de réduire la part de leur budget « bureaux » dans un avenir proche et 36% vont réduire leur surface dans les trois prochaines années.

– Soutenir la nouvelle localisation des grands événements.

– Réduire l’impact environnemental de leurs bureaux : 36% des managers considèrent la performance environnementale comme le plus important lors du choix d’un lieu d’enseignement supérieur.

– Avoir une marque employeur forte et attractive : 93% des candidats demandent des photos d’entreprise lorsqu’ils sont présents sur une offre d’emploi et avec 55%, ils ont une influence sur la validité de la candidature.

(Source : Boom des bureaux en France, août 2022, Hiptown et Bureau-Opéré.com)

Soigner son image de marque

Les entreprises choisissent des emplacements partagés de façon régulière ou périodique. Ainsi, à la rentrée 2022, Qonto a installé son siège parisien avec plus de 600 espaces de travail chez WeWork, 18 rue de Navarin au cœur du 9ème arrondissement, à quelques pas de la rue des Martyrs, quartier connu pour la Tech . .

Qonto et WeWork se sont associés pour équiper cinq étages avec des designs personnalisés. Ces espaces affichent le logo Qonto et comprennent un espace extérieur privatif. D’autres prennent un abonnement ou utilisent la place à la carte. « Les commerciaux sont en déplacement, leur employeur peut louer un bureau un jour par semaine pour pouvoir effectuer du travail téléphonique ou s’installer avec nous en louant trois espaces de vie pour six salariés et en gardant une salle de réunion. Le jour où l’équipe est terminé », explique Stéphanie Auxenfans, directrice générale de Multiburo.

Tous recherchent des lieux qui leur permettent de faire des économies (ou de n’utiliser que l’espace nécessaire et de bénéficier des prestations incluses dans leur budget) et/ou de négocier un certain type de qualité, qui s’est arrêtée à son époque. Un acteur comme Mangwanani a annoncé qu’il est devenu une entreprise B Corp en octobre 2022, un certificat délivré par B Lab (TM) France, en raison du travail effectué pour répondre aux normes les plus élevées en termes de performance sociale et environnementale, de transparence et. de responsabilité.

Pour rappel, B Corp est une organisation internationale qui regroupe 5 900 entreprises dans le monde, dont 240 en France. L’octroi de ce certificat permet à l’entreprise de poursuivre ses efforts pour maintenir le certificat lors de la prochaine inspection dans trois ans.

À Lire  Causade. Calendrier de l'Avent et atelier P'Art'Âges

Surtout, cela lui donne un débat non-stop sur les lieux de travail éco-orientés (à travers l’élimination des déchets et le bilan énergétique notamment), la création d’espaces durables (sélection de fournisseurs et de matériaux, de seconde main, etc.) l’ouverture de l’impact accélérateur de projets.

Confort, sécurité, flexibilité

Sur le marché, les offres sont nombreuses. Avec trois composantes principales : la mise à disposition de bureaux individuels au sein de l’écosystème mutualisé ; des espaces de travail partagés, avec un esprit de collaboration plus ou moins vivant ; et réserver une salle de réunion. « Chez Wojo, nous améliorons et lançons l’offre au sein des hôtels Accor en transformant des chambres en bureaux et en créant des espaces partagés, l’idée est de redonner l’usage de l’hôtel et d’apporter un confort accru, notamment pour les forces de vente, qui savent travailler à l’hôtel », explique Farid Elomri.

Les espaces de coworking présentent des avantages pour les entreprises. « On propose du confort, avec du mobilier adapté aux nouveaux codes du travail, des bureaux modulables, des canapés, des décorations design pour enrichir l’expérience des collaborateurs, chez Wojo, chaque chantier raconte une histoire », précise Farid Elomri. Lieux qui offrent des biens et des services. « Nous nous distinguons par le type de travaux, avec des équipes sur place qui s’occupent de la réception, et qui peuvent faire des tâches administratives et rédactionnelles, nous assurons également le support et les services liés au réseau informatique (hébergement de serveurs, gestion de la bande passante, etc. ) », explique Stéphanie Auxenfans.

L’agencement proposé est susceptible de répondre aux attentes des commerciaux. Bien entendu, la salle de conférence peut être réservée pour une demi-journée ou une journée. En revanche, dans l’espace de co-working, « premier arrivé, premier servi », prévient Stéphanie Auxenfans.

Cependant, ces zones bénéficient d’infrastructures spécifiques. « Nous aimons être au calme, nous avons créé des blocs d’intimité entourés de verre pour permettre aux utilisateurs de passer des appels », ajoute Stéphanie Auxenfans. Pour certains joueurs, ces lieux sont calmes ou animés. D’autres se concentrent sur le lieu de travail, avec des jeux amusants, aller à la salle de sport, des événements communautaires (programme de rencontres), mais aussi des salles de repos, des espaces extérieurs pour se ressourcer (terrasse, jardin).

La sécurité semble également être une préoccupation majeure. Un joueur comme Welkin & Melach semble avoir fait sa marque. « Notre position élevée nous responsabilise, nous proposons des bureaux certifiés 39 dB, un accès web adapté aux normes bancaires, un contrôle d’accès certifié afin d’assurer la confidentialité des conversations qui se déroulent dans nos murs », assure Alain Brossé, PDG et Fondateur.

Enfin, rejoindre un espace partagé permet de rompre avec l’isolement, de créer son propre réseau de connexions et d’enrichir son carnet d’adresses, ajoutant que cela ne plaît pas aux marketeurs.

(1) « La vision 2024 de la coopération – Analyse sur l’évolution de la demande, l’analyse des tendances et l’évolution du rôle des acteurs », Vincent Desruelles, Xerfi, mars 2022.

« Nous pouvons recevoir nos clients dans des lieux confortables, en proximité »

Grégory Demule, associé et directeur commercial de Formind, pure player de la cybersécurité.

En utilisant les locaux mis à disposition par Wojo en 2015, Formind, qui a laissé un bail 3/6/9 pour installer son bureau sur une petite parcelle à Issy-les-Moulineaux, fait figure de précurseur. « Notre entreprise grandit vite – jusqu’à 30 à 40% par an, nous voulions être flexibles, nous avons poussé les murs et sommes restés partout dans le monde », confirme Grégory Demule.

Pour ce manager, l’offre de Wojo a plusieurs implications. « D’abord, nous pouvons recevoir nos clients dans des lieux confortables, proches, dans nos métiers de services, aux agendas chargés et en constante évolution, la flexibilité de l’offre augmente vraiment », précise-t-il.

L’entreprise est passée de 25 employés à 250 et peut agrandir l’espace selon ses besoins (salle de réunion, espace partagé).

Avant tout, la qualité des lieux, leur situation, sert l’attractivité de Formind. « A Issy-les-Moulineaux, nous profitons d’un grand jardin avec un terrain de pétanque, à Lyon nos bureaux sont situés au centre de la ville dans un immeuble modeste, nous offrons à nos collaborateurs un espace de travail à la hauteur du ‘grand’. société », poursuit-il. Les opérateurs mobiles peuvent également utiliser les installations qui leur sont réservées dans les hôtels du groupe Accor.

Enfin, Grégory Demule apprécie, « la prestation de services est essentielle, on n’a plus à se soucier du bon fonctionnement des matériels ou des équipements, ce qui libère un temps précieux pour des tâches supplémentaires ».