Matières premières, marché intérieur, international… comment…

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

L’aromathérapie – l’utilisation de substances aromatiques dans les plantes – est un marché mondial qui, selon une étude publiée en 2021 par PPAM France, l’association nationale des parfums, fragrances et plantes médicinales, représente 3,5 milliards de dollars. L’étude explique également que 50% des Français ont déjà utilisé l’aromathérapie tandis que 99% des utilisateurs consommateurs sont satisfaits et recommandent son utilisation à leur entourage.

L’aromathérapie est le cœur d’Aroma-Zone, qui est né à la fin des années 90, avec l’idée de documenter et d’informer en profondeur sur ce sujet. Vingt ans plus tard, la PME vauclusienne est passée d’un pure player à un modèle également basé sur une présence physique à travers un réseau de magasins, douze en fait avec l’ouverture d’un lieu à Nice début 2023.

Approche bottom-up

« Oui, nous vendons des produits, mais nous vendons surtout des idées », précise Sabrina Herlory. Il est arrivé à l’automne 2021 à la direction d’une PME qui a longtemps été familiale, cet ancien de L’Oréal et Mac en est aujourd’hui le PDG, le changement d’organisation d’Arome-Zone intervient après un autre gros changement, capitalistique, l’acquisition par Eurazeo, en juin 2021, d’acquisition accompagnée d’un investissement de 410 millions d’euros. Il suffit de donner un sens à viser.

Les idées sont donc la colonne vertébrale de l’entreprise, explique son dirigeant, qui salue le retour au « bon sens », qui semble être le signe d’une nouvelle ère, qui s’accorde bien avec l’approche marché d’Aroma-Area. « Monde traditionnel organisé autour du marché, Aroma-Zone est porté par des communautés historiques qui ont produit du bio. Nos communautés se parlent, nous veillons à apporter des solutions à leurs besoins. »

Donc écouter plutôt que créer des besoins, par exemple, ce qui a poussé une entreprise à créer un complément pour animaux ou un produit au CBD. « Nous avons une approche bottom-up », résume Sabrina Helory.

Le processus de production chez Aroma-Zone est toujours le même : l’exigence qui conduit à l’intérêt interne du laboratoire et à sa connaissance de toute la littérature internationale sur la plante concernée. « Ensuite, nous regardons les terroirs, les terres où se trouve cette plante. On va ensuite trouver des producteurs, et on voit comment on peut collaborer avec eux », explique Sabrina Helory. Qui privilégie la qualité du produit à la quantité, choisissant de coopérer avec la production qui sera utilisée rapidement et hors des magasins au lieu de choisir la production en abondance mais de faible qualité. « Le jour où on arrose les formules, quand on ment au client, on nous perd. »

Transmettre le savoir

Aroma-Zone veut « garder (son) campus » et revendique être le leader de la vente en ligne de soins de la peau. Arome-Zone, qui veut préserver l’essentiel et a pour stratégie de rester un acteur « spécial » du e-commerce, une sorte de Wikipédia beauté, santé et bien-être au naturel avec une volonté récurrente de « faire bouger l’expérience digitale ». .

À Lire  Le potentiel commercial des consommateurs asiatiques : une opportunité pour les entreprises françaises

La PME, bien organisée et tournée vers le développement sur le marché mondial, regarde le marché international – où elle réalise déjà 15% de son chiffre d’affaires – avec un intérêt croissant, car « nos collectivités nous le demandent ». Nous ne changeons pas la formule gagnante. Aroma-Zone vend déjà en Chine, à Singapour, à Taïwan, en Amérique du Nord et Sabrina Helory souligne que l’Arabie saoudite est le sixième pays à acheter des produits. Dans peu de temps, la Belgique sera figée, la transformation du site – qui n’est pas encore arrivée – permettra à l’entreprise française d’être forte à l’export, le continent européen est visé, notamment l’Italie, l’Espagne, la Suisse ou les Etats-Unis Royaume qui représente le septième pays client.

Accompagner les transitions

Inévitablement – et l’ouverture du magasin de Nice le confirme – le maillage physique en France sera renforcé car, estime son PDG, « réduit » et que « réinvestir dans les villes est une manière de participer à leur développement ».

2023 sera aussi une année de réflexion sur l’innovation, encouragée par la société. Aroma-Zone qui veut aussi travailler davantage sur le zéro déchet. « On n’en a pas encore fini avec ce dossier » mais le pionnier du DIY (Do it yourself ou Do it yourself NDLR) de dire qu’il apprend aussi à ses clients « à finir d’utiliser les produits qui ont commencé pour ne pas les détruire » . Sabrina Helory qui est convaincue que « l’innocence, accompagnant tout avec bonheur, est ce qui conduit au changement ». Aroma-Zone a une valorisation de 100 millions de dollars en 2022 et emploie 300 personnes. L’entreprise, qui compte 1 700 références de produits, a également besoin de 6 000 commandes par jour.

Newsletter – Région Sud

Du lundi au vendredi, à 19h, recevez les bonnes nouvelles de

Merci pour votre inscription !

Région Sud

Dernière étape : confirmez votre abonnement dans le mail que vous venez de recevoir.

Pensez à vérifier vos courriers indésirables.

Inscription à la newsletter L’actualité économique en Région Sud

A bientôt sur le site de La Tribune et dans nos journaux,

Rédacteurs en chef de La Tribune.

Inscription à la newsletter Région Sud

Tous les jeudis, les dernières nouvelles

Connexion à mon compte

Dans votre boîte aux lettres à 9h.

Merci pour votre inscription !

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter?

Vous êtes déjà inscrit !

Du lundi au vendredi, les dernières nouvelles

Réinitialisez votre mot de passe

Dans votre boîte aux lettres à 19h.

Email envoyé !

je n’ai pas encore de compte

A bientôt sur le site de La Tribune et dans nos journaux,