A la boulangerie, Damien s’occupe de son pain bio qu’il vend au marché

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Il a deux yeux de marbre bleu. Ils sourient de la métamorphose de la vie de Damien, désormais boulanger solitaire du village. Son pain bio, il le vend au marché.

Il est boulanger, Damien Augis. Il ne fait pas semblant. A seulement 40 ans, il vient de s’imposer comme artisan boulanger qui produit du pain traditionnel : « Maintenant, je suis en cours d’agrément. Ce sera long. Mais quand tout sera homologué, ce sera assez content Biocop dans mon production « .

Pour cela, les bonnes graines sont séparées de l’ivraie, car Damien s’approvisionne en farine auprès de Christophe Royer, meunier à La Gacilly.

« J’ai longtemps eu envie de m’organiser, de travailler à un rythme différent, notamment dans le marketing. Parce que c’est un magasin qui est très strict au niveau des horaires d’ouverture. »

Ce natif d’Angevin a installé sa boulangerie en pleine campagne, il y a trois mois, après avoir dit « au revoir » à l’ouvrier. Une décision qui lui permet d’organiser son temps, environ deux activités par semaine qu’il vend « sur le marché de Bains-sur-Oust les jeudis et lundis au marché du jardin qui produit des légumes qui accueille aussi un fromager et parfois d’autres animations particulières, de 17h à 19h30 le lundi, « Aux jardins du bois », sur la route de Provotais à Saint-Nicolas-de-Redon ».

Déjà quelques habitués 

Actuellement, 40 kilos de pain sortent de son four à bois. Damien le sait : « Il faut l’élever pour gagner sa vie, et pour plus que doubler ce volume. »

Ses produits sont assez variés. Il existe des pains à base de farine T80 : « Une farine régulière, complète, non blanche. » Des pains aux 5 graines, d’autres à 25 % de sarrasin et enfin ceux qui n’incluent que du sarrasin : « Pour les personnes qui n’acceptent pas le gluten. Le tourton : « Ça ressemble à de la brioche, mais moins riche au petit-déjeuner », complète son offre. Lire 4,80€ le kilo pour le T80, 6€ le kilo pour les graines et 7€ le kilo pour le 100% sarrasin.

À Lire  Trois accidents en un mois en état d'ébriété, à Vannes et Plumelin

Tout son pain est de la pâte au levain. Le four à deux brûleurs de Damien mesure un mètre de diamètre, ce qui lui permet de cuire vingt kilogrammes à la fois. « Le four est en dessous, il permet à la chaleur de se diffuser partout, je n’ai pas besoin de beaucoup de bois pour le chauffer à 250°C, j’utilise des petits morceaux de châtaignier, ils sont nombreux ici. C’est un type qui chauffe bien, mais le chêne ne brûle pas bien, ou le feu est trop chaud. Je m’occupe de préparer le bois de chauffage. Je suis indépendant pour la force, c’est important. La cuisson dure environ 45 minutes, les soles atteignant 200°. »

Une minuterie sonne dans la boulangerie. Damien attrapa la pelle et ouvrit prudemment la porte du four. La chaleur envahit la boulangerie, ainsi que l’odeur du pain chaud. « J’ai des clients réguliers, ils viennent encore », a déclaré le jeune boulanger en présentant son groupe.

Contact et renseignements 06 17 15 79 05

Cet article vous a t’il aidé? N’oubliez pas que vous pouvez suivre Les Infos du Pays de Redon dans l’espace Mes News. En un clic, après inscription, vous recevrez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.