Prêts immobiliers : très forte hausse de l’apport personnel en 2022

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Immobilier : quels critères pour un premier achat immobilier en 2023 ?

Il n’y a pas d’âge limite pour acheter un bien immobilier, mais comme de tels projets sont souvent financés par des emprunts, la question de l’âge idéal est importante pour éviter de s’endetter trop longtemps. La banque est attentive à l’âge du futur propriétaire, notamment pour sécuriser au mieux le prêt avec l’assurance emprunteur. Quels sont les critères nécessaires pour le premier achat immobilier ? Plus ou moins de 35 ans ? Difficile de parler d’âge idéal dans l’immobilier, car chaque période de la vie peut se rapporter à un projet précis (acheter une résidence principale, investir dans un locatif), tout dépend de la vision globale qu’une personne a de son propre avenir, le cas échéant. que l’on peut se projeter très loin compte tenu de la mobilité du travail et du parcours de vie familiale qui peut être supporté (naissance, séparation, divorce, décès). Une chose est sûre, les Français ont toujours le goût de la pierre, considérée comme une valeur refuge, surtout en période de crise économique. Un sondage Ifop réalisé début 2022 révélait que 80% des 18-30 ans rêvent d’être propriétaires de leur résidence principale. Et parmi eux, les deux tiers ont déclaré s’être donné dix ans pour réaliser leur rêve. Une autre étude réalisée l’an dernier, cette fois par Harris Interactive, montrait que 70% des moins de 35 ans mettent le bon âge pour acheter leur premier logement entre 25 et 34 ans. Pour 31% des répondants, la période idéale se situe entre 35 et 44 ans. Concrètement, le premier achat immobilier se fait généralement entre 33 et 38 ans. Conditions du crédit immobilier en 2023 Le contexte sans précédent que connaît le marché immobilier depuis l’été dernier, en lien avec la guerre en Ukraine, a durci les conditions de prêt et réduit le pouvoir d’achat de l’immobilier des ménages français. Sur une forte hausse des taux d’intérêt, p Les emprunteurs doivent faire face à l’augmentation continue des prix de l’immobilier et au problème d’usure qui est un obstacle à l’accès car la méthodologie de calcul est très incohérente avec la réalité du terrain. Il y a pourtant de l’espoir avec la récente décision de la Banque de France : le versement mensuel du taux d’usure, une mesure importante pour les emprunteurs qui doit prendre effet d’ici le 1er mars 2023. Les jeunes primo-accédants sont les premières victimes de ce resserrement de l’accès. au crédit, car ils souscrivent aux taux d’intérêt les plus bas et doivent emprunter le plus longtemps pour maintenir leur taux d’endettement en dessous du pair. 35% (basé sur le revenu net incluant l’assurance emprunteur). Les conditions de crédit en janvier 2023 ont continué de se dégrader, entre la hausse incessante des taux d’intérêt et l’effet ciseau de l’usure. Actuellement, le taux moyen sur une durée de 20 ans fluctue entre 2,40 % et 2,70 %, pour l’usure à l’échéance ce taux est fixé à 3,57 % pour le trimestre (sauf modification au 1er mars). Plus le taux brut est proche du taux d’usure, moins il y a de marge de manœuvre pour intégrer tous les coûts liés à l’obtention d’un crédit bancaire : frais de dossier de garantie (hypothèque, privilèges prêteur ou garant) assurance prêt immobilier. S’y ajoutent, le cas échéant, des frais de courtage, des frais d’ouverture et de tenue de compte si le prêt est souscrit auprès d’une nouvelle banque, des actions si le prêt est distribué par une banque commune, et une expertise immobilière. Jeunes emprunteurs : quels sont les critères pour obtenir un crédit immobilier ? Pour tout prêt hypothécaire, vous devez présenter vos justificatifs d’identité, quel que soit votre âge. De 25 à 50 ans, les critères de prêt pour financer votre achat immobilier sont toujours les mêmes : Mon emploi CD ou au moins 3 justificatifs de revenu pour indépendant (TNS) une situation professionnelle stable et durable, au sein d’un secteur d’activité dynamique une situation financière saine sans découvert bancaire depuis au moins trois mois pas de publicité un crédit en cours ou un petit montant pouvant être réglé rapidement apport personnel d’au moins 10% du montant de l’opération taux d’endettement n’excédant pas 35% (ajusté par la banque en fonction de la durée de vie restante) épargne préventive équivalente à six mois d’intérêts. Cependant, les banques tiendront compte de l’évolution de carrière des jeunes emprunteurs et pourront proposer des prêts dégressifs permettant de moduler les mensualités. Ce critère s’applique à chaque co-emprunteur, mais si l’un des deux a un contrat à durée déterminée par exemple, la banque obligera l’autre avec un contrat à durée indéterminée à s’assurer avec un taux maximum d’assurance de prêt de 100% séquentiellement. pour sécuriser le meilleur montant emprunté. L’assurance des jeunes emprunteurs L’assurance est la deuxième charge après les intérêts d’emprunt. Il représente en moyenne un tiers du coût total du crédit immobilier et ce poids dépend de plusieurs critères étroitement liés à l’emprunteur : son âge, sa profession, son état de santé, son comportement (fumeur ou non fumeur, amateur de sports à risque). Parmi tous les emprunteurs, les jeunes travailleurs sont ceux qui paient le moins pour l’assurance de leurs prêts, car leurs risques de santé sont inférieurs à ceux de la population plus âgée. On vieillit vite dans l’assurance, vers 50 ans on est passé à la catégorie senior. Le coût de l’assurance peut alors représenter autant d’intérêts que le passif santé existe. Le coût est exprimé par le taux d’assurance prêt immobilier, calculé en fonction du capital emprunté. La banque vous proposera une assurance habitation, qui s’appelle un contrat collectif, mais vous avez cette possibilité écrite ailleurs. Les options gratuites d’assurance emprunteur sont gravées dans le marbre depuis septembre 2010 (loi assurance emprunteur Lagarde), ce qui permet de minimiser le coût de cette couverture en plaçant des offres face à la concurrence. Utilisez le comparateur d’assurance prêt immobilier pour trouver le bon contrat selon l’âge et votre situation. Sur Magnolia.fr, les jeunes de 25 à 35 ans bénéficient en moyenne d’un taux d’assurance de 0,10 % pour les prêts de 200 000 € sur 20 ans, contre un taux moyen de la banque de 0,34 %. Dans ce cas, l’assurance déléguée coûte 4 000 €, contre 13 600 € pour les contrats bancaires. Vous économisez 9 600 €, de quoi acheter des mètres carrés supplémentaires. Consultez notre baromètre du pouvoir d’achat immobilier pour jauger l’intérêt financier d’un mandataire en assurance emprunteur. Les jeunes emprunteurs sont aussi la population idéale pour bénéficier de la loi de Lemoine. Entrée en vigueur le 1er juin 2022, la nouvelle réglementation supprime le questionnaire de santé pour les prêts inférieurs à 200 000 € (par assuré, soit jusqu’à 400 000 € en cas de prêt solidaire), remboursés avant le 60e anniversaire de l’assuré. La norme limite la durée de remboursement à 25 ans, voire 27 ans dans le cas d’un nouvel achat, les jeunes ont raison de leur segment, à condition qu’ils commencent à emprunter au plus tard à 34 ans. La fin de la sélection médicale dans cette condition a facilité l’accès aux assurances et au crédit immobilier pour des personnes jusqu’alors stigmatisées par leurs antécédents médicaux. Un conseil : si vous êtes en bonne santé et que vous êtes éligible à l’appareil, augmentez légèrement le montant du prêt pour l’éviter. La tarification basée sur le risque est en effet plus attractive financièrement ; dans le segment en question, les compagnies d’assurance ont été contraintes de fusionner, ce qui a augmenté les tarifs d’assurance de 20 % en moyenne.

À Lire  Prêt immobilier : le taux plafond s'envole