Prêts immobiliers : les taux d’usure vont bien remonter tous les mois en…

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Publié le 20 janvier 2023 à 13:08 Source : JT semaine 20:00

Publié le 20 janvier 2023 à 13h08

Le taux d’usure, qui plafonne les frais d’un prêt immobilier, va être révisé tous les mois, de février à juillet, contre tous les trimestres jusqu’à présent.Une mesure de la Banque de France, qui espère débloquer le marché.De fait, cette évolution devrait permettre d’accorder davantage de demandes de crédit.

Le taux d’attrition, qui plafonne les coûts des prêts immobiliers, sera revu chaque mois de février à juillet, par rapport à chaque trimestre auparavant.

Mouvement de la Banque de France qui espère débloquer le marché.

En effet, cette évolution devrait permettre de répondre à davantage de demandes de crédit.

Une parade contre le gel du marché immobilier ? La Banque de France a proposé ce vendredi 20 janvier un « ajustement technique » dans le calcul du taux d’usure immobilière, le taux de prêt, confirmant la trajectoire envisagée la semaine dernière par l’institution, Bercy et les acteurs du secteur. Objet : Faciliter l’accès au crédit des particuliers en calculant temporairement ce taux d’intérêt mensuellement au lieu de trimestriellement.

Le taux d’usure limite tous les coûts d’un prêt immobilier : le taux créditeur de la banque, la commission du courtier et l’assurance emprunteur. Sa méthode de calcul est un obstacle pour de nombreux acheteurs dans le contexte actuel de hausse des taux d’intérêt et d’inflation. Depuis plusieurs mois, les taux d’intérêt augmentent sous l’influence des taux directeurs de la Banque centrale européenne et plus rapidement que le taux d’usure. Au 1er janvier, le taux d’usure des prêts de 20 ans et plus a donc été fixé à 3,57 %, alors qu’en janvier les taux d’intérêt moyens approchaient les 2,5 %.

À Lire  Prêts immobiliers : comment obtenir un prêt après 50 ans en 2022 ?

Déséquilibre dans la répartition des crédits

Le relèvement du plafond du taux d’intérêt usuraire permet ainsi aux banques de prêter à un prix plus élevé, mais permet également de prendre en compte le coût du crédit sans dépasser le plafond légal. Cela permettra à terme d’accepter plus de dossiers de demande de crédit. Depuis son introduction en 1966, ce taux d’usure est calculé chaque trimestre par la Banque de France, qui calcule les taux d’intérêt moyens des banques sur les trois derniers mois, qui ont augmenté d’un tiers.

Selon la Banque de France, alors qu’en 2022 l’application de la formule du taux d’usure entraînait une augmentation proportionnelle, l’institution a relevé qu’en fin de trimestre « certains dossiers attendaient la prochaine augmentation trimestrielle significative du taux d’attrition, donc repoussée au début du trimestre suivant », créant un déséquilibre dans la répartition du crédit.

Afin de lisser l’augmentation du taux d’usure, le calcul est donc effectué tous les mois, et non plus trimestriellement du 1er février au 1er juillet. « Les taux d’amortissement restent fixes sur la base du niveau moyen des trois mois précédents », a précisé la Banque de France. Afin de formaliser la mesure, un règlement doit être publié dans les prochains jours.

Notez que l’augmentation du taux d’intérêt a un coût pour l’emprunteur. Par exemple, si le taux d’intérêt d’un prêt de 150 000 euros passe de 1 % à 2 % sur 20 ans, le montant à rembourser passera d’environ 165 500 euros à plus de 182 000 euros, soit 16 500 euros supplémentaires seront ajoutés.

Dernières tendances les plus lues

Accueil-Logement et immobilier-Prêt immobilier : à partir de février, le taux d’attrition augmentera significativement chaque mois