Le stress sans fin d’un Gardois victime d’un accident et privé de…

Photo of author
Written By Vincent Bourdieu

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Victime d’un accident sur l’autoroute le 31 juillet en direction de Narbonne (Aude), Frédéric Rodriguez pensait que sa Mercedes n’avait que des dégâts superficiels. Six mois plus tard, il n’a toujours pas récupéré sa voiture. Pire, ni l’assurance ni le constructeur n’ont été en mesure de lui fournir un véhicule de prêt depuis. Histoire d’une galère qui s’éternise.

L’accident semblait banal. Le 31 juillet 2022, Frédéric Rodriguez revient à Nîmes après un week-end passé aux fêtes de Bayonne. Au milieu de l’autoroute, le Gardois roule sur un essieu perdu par un camion serbe.

Les phares de sa Mercedes s’allument immédiatement. « Je me suis arrêté sur une aire d’autoroute, raconte-t-il. J’ai pu constater que j’étais loin d’être le seul accidenté. Plusieurs voitures ont été littéralement éventrées. » Au total, une vingtaine d’automobilistes sont concernés.

« On m’a annoncé un malus ! »

Suite à l’accident, Frédéric Rodriguez est rapidement pris en charge par un dépanneur. « Il m’a dit : ne t’inquiète pas, Vinci a toutes les coordonnées. On ne s’est pas renseignés, on pensait qu’il n’y aurait pas de problème. »

Mais le lendemain, les galères commencent. Pacifica Insurance n’arrive pas à trouver les coordonnées du camion serbe responsable de l’accident.

« J’ai recontacté Vinci, on m’a dit qu’aucune coordonnée n’était communiquée sauf en cas d’action en justice », explique Frédéric Rodriguez. Comme elle ne pouvait se retourner contre personne, l’assurance m’a annoncé un malus.

Contactée, Pacifica nous a indiqué avoir fait « différentes démarches, notamment auprès de la société d’exploitation d’autoroutes et des autorités judiciaires, afin de recueillir les éléments relatifs aux circonstances ».

« Malheureusement, personne n’a voulu ni pu nous informer, détaille l’assurance. Les seuls éléments en notre possession étaient le constat du client, la photo du camion en question et la photo d’un autre véhicule également endommagé. »

Après plusieurs mois de recherches à partir des immatriculations des autres véhicules impliqués dans un accident ce soir-là fournies par Frédéric Rodriguez, Pacifica s’est finalement déclarée « en mesure de dégager officiellement la responsabilité de l’assuré dans la survenance de l’accident ».

Sa voiture est transportée chez un carrossier de Narbonne, agréé par son assureur. Frédéric Rodriguez espère alors pouvoir le récupérer rapidement. « Au début, ça n’avait pas l’air trop mal. Mais quand ils ont assemblé la voiture, ils ont découvert qu’un câble très important était endommagé. »

À Lire  Heures actuelles – Voitures autonomes/miséricordieuses, malades et non assurées

Quatre mois d’attente pour la livraison

« Heureusement, un garage Mercedes était juste à côté, raconte-t-il. Quand ils ont vu les dégâts, ils ont senti qu’il fallait commander un nouveau câble pour le changer complètement, sinon il y avait un risque de complications. »

Une opération très rare selon le fabricant que nous avons contacté. « C’est un faisceau qui alimente électroniquement toute la voiture, explique Mercedes France. Pour le changer, il faut démonter complètement le véhicule. En général, il suffit de couper les fils endommagés et de ressouder, ce qui va beaucoup plus vite. »

Fabriquée à la demande, la pièce coûte 4 122 euros HT. Commandé mi-septembre, il ne peut être livré avant quatre mois. Frédéric Rodriguez se retrouve démuni : « On m’a fait comprendre que ce câble était spécifique au numéro de châssis de ma voiture et à ses options. C’est une pièce quasi unique.

« L’assurance m’a dit qu’elle ne pouvait me prêter une voiture que pendant que la mienne était en réparation, pas en attendant la pièce », poursuit-il. La voiture étant restée chez le carrossier, Mercedes affirme qu’elle ne peut pas non plus lui fournir de véhicule.

« Personne ne peut rien pour moi » 

Depuis lors, rien n’a changé. « Le délai de quatre mois est passé, j’ai fait le suivi avec tout le monde et je n’ai toujours pas de nouvelles, déplore le Gardois. Personne ne peut rien faire pour moi. »

« En attendant, ma voiture est toujours à Narbonne, elle prend un rabais et je continue à payer les frais d’assurance, déplore-t-il. Heureusement, j’arrive à me débrouiller avec mes proches pour me procurer un véhicule. Si je devais en louer un, la facture aurait été encore plus élevée. »

Mercedes France, qui n’a pas été en mesure de communiquer le nom ni l’origine du sous-traitant chargé de fournir le faisceau tant attendu, a souligné l’avoir relancé suite à notre appel. « On a demandé une priorisation du dossier, ça devrait accélérer les choses », a simplement indiqué le constructeur, sans pouvoir être plus précis sur le délai de livraison.