Ehpad : crédit d’impôt pour tous les résidents voté par l’Assemblée

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Une bonne nouvelle pour les résidents des EHPAD ? En première lecture, les députés ont voté contre l’avis du gouvernement sur un allégement fiscal pour tous les résidents des Ehpad. Cette mesure devrait réduire les coûts de fonctionnement des maisons de repos de 200 euros en moyenne par mois pour tous les résidents. Il coûterait à l’Etat 675 millions d’euros.

Prise en charge en Ehpad: quelle différence avec aujourd’hui?

Ce crédit d’impôt modifierait le système actuel : aujourd’hui, les résidents des EHPAD peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt sous certaines conditions. Mais par définition, cet allégement fiscal ne profite qu’à ceux qui en bénéficient et exclut tous les résidents des EHPAD qui ne le paient pas, c’est-à-dire les plus modestes qui ont le plus de mal à payer leur logement. Et comme l’a souligné le député LR Marc Lefur, « la plupart des personnes vivant [en Ehpad] ne paient pas d’impôts ».

En outre, les députés ont souligné que les personnes âgées, qui grâce à l’aide sont restées à la maison, ont bénéficié d’un allégement fiscal. Cet amendement permettrait donc de rapprocher les conditions des deux formes de prise en charge des personnes âgées.

Combien coûte une prise en charge en Ehdpad?

Et cet élan ne serait pas sans signification pour les habitants et leurs familles, souvent contraints de travailler. En effet, selon les données de l’UFC Que Choisir, le salaire mensuel moyen en Ehpad, en France, est de 2 214 €, avec de fortes disparités selon le territoire. De 3 698 € à Paris à 2 679 € dans les Alpes-Maritimes, outre-Meuse, pour 1 749 €.

À Lire  Que faire en cas d'accident avec un animal sauvage ?

Lire aussi> Tarif Ehpad : des écarts régionaux très importants

Cette mesure verra-t-elle le jour?

Cependant, il n’est pas certain que cette mesure, qui allégera le portefeuille de nombreuses familles, sera finalement adoptée. En effet, le gouvernement, qui a essuyé plusieurs déboires à l’Assemblée du fait de sa majorité relative, s’apprête à utiliser le 49.3 dans l’amendement budgétaire 2023. Il aura donc le choix de conserver ou non cet amendement tout en soignant l’ancien. l’âge fait débat.

Le gouvernement, porté par Bruno Le Maire, s’y est opposé, jugeant la mesure trop coûteuse, et a plaidé en vain pour « une autre voie », une « politique vieillesse plus ambitieuse » qu’un simple amendement. Cependant, sans dévoiler cette « autre voie » qui serait « ambitieuse » pour l’instant.

Droit, santé, argent, culture, temps libre… Et si vous vous faisiez livrer chaque mois le magazine Notre Temps chez vous pour ne manquer aucune information importante ?

&#xD ;