Christophe Courtin, restauration de biens tertiaires

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Christophe Courtin a trouvé son équilibre. Cet entrepreneur et business angel a toujours eu l’esprit d’entreprendre : « A 12 ans, j’ai eu envie de reproduire ce que mes parents, commerçants, faisaient. J’ai acheté des jouets dans le 12e arrondissement de Paris et je les ai revendus dans la cour de l’école. « . En 1999, il concrétise sa vocation dans les études de management et de gestion de projet à l’Université Paris-Dauphine, en créant sa première startup : The Coach, une startup e-learning pour les étudiants en école de formation.

Le krach boursier de 2001 stoppe les levées de fonds mais Christophe Courtin ne baisse pas les bras et fonde par la suite la startup Best Price. « Je l’ai vendu et puis j’ai tout perdu en bourse… », a-t-il déploré. A seulement 22 ans, le jeune entrepreneur a découvert qu’il a mis les pieds dans un monde où tout peut voler en un clin d’œil. « Quand j’ai commencé, je ne m’attendais pas à grand-chose, mais je n’imaginais pas toute la mentalité dont je devrais faire preuve pour faire ce travail. Les relations humaines sont aussi très difficiles à gérer et quand on vit un gros « bas » et qu’on passe de millionnaire à rien, il est très difficile de se relever. « . Mais il maintient toujours l’idée que ce qui fait le succès d’un entrepreneur, c’est « l’abnégation dans les moments difficiles ».

Assurance, immobilier tertiaire… des domaines à dépoussiérer

Christophe Courtin fait preuve de résilience, se relève et poursuit son aventure entrepreneuriale. « Par hasard », il est entré dans le monde de l’assurance, le monde du dépoussiérage. « J’étais vendeur, je travaillais sur le lieu de travail, en porte à porte. Ensuite, j’ai pensé qu’il serait bon d’attirer vers nous le client qui a besoin d’assurance, au lieu de harceler les personnes qui n’ont pas fait de demande », a-t-il expliqué. C’est ainsi que Santiane, comparateur d’assurance santé en ligne, est né en 2006. L’entreprise grandit, démocratise la signature électronique, se délocalise au Maroc et finit par s’installer sur les Champs Elysées. En 2015, Christophe Courtin cède Santiane, société de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires et 300 salariés, à BlackFin Capital Partner. Puis il développe le projet de voyager autour du monde.

Mais la dépendance à l’entrepreneuriat est insurmontable. Cette fois, il délaisse les assurances pour se lancer dans l’immobilier commercial, un « choix de raison » devenu une passion. « L’immobilier est un domaine concret où vous pouvez toucher ce que vous avez conçu il y a des années. C’est ce qui m’a manqué à Santian : j’ai été déçu car on n’a jamais vu de clients, ce n’étaient que des contrats papier, on n’a rien créé… ». Courtin Immobilier est actuellement l’une des principales agences immobilières du Sud-Est de la France. « Quand j’étais à Santian, je voulais aller à Nice. Après plusieurs recherches, j’ai fini par trouver un ancien bureau à Sophia Antipolis mais le propriétaire n’était pas très sympathique, ironise-t-il. Quand je suis revenu sur place près de huit ans plus tard, j’ai décidé de créer des bureaux pour les entreprises qui ont besoin de plus de temps pour se développer. « . A Sophia Antipolis, comme il aime appeler « la belle au bois dormant », il a choisi de faire du neuf avec du vieux, il a racheté les anciens locaux de KPMG, Tetra-Petra-le-Galion puis Sophia Village et a rendu le tout chaleureux et moderne .mais surtout des bureaux totalement éco-responsables : de la politique RSE à l’électricité en passant par le café.

À Lire  Christophe Grouas (Digital Insurance) : "Les banques vont s'organiser pour défendre leurs portefeuilles en tant que débiteurs"

Toujours dans l’immobilier, Christophe Courtin a désormais décidé de s’attaquer au flex office. Ainsi, sa nouvelle startup, Flex O, fondée en 2020, propose des espaces de bureaux flexibles dans les principales villes de la région française (Lille, Lyon, Nantes, Bordeaux, Rennes, Montpellier, Nice, Marseille, etc.).

La force d’être passionné

L’immobilier tertiaire occupe désormais 80% de son temps. Les 20% restants sont affectés à l’investissement. Parallèlement, Christophe Coutin a lancé Courtin Investment, également en 2015. Depuis, il fait partie des business angels français les plus actifs avec 90 startups financées par Courtin Investment en janvier 2022, comme Yuka ou Nfinite. Animé par la volonté de rester en contact avec le système technologique, Christophe Courtin est aujourd’hui impliqué dans la gestion d’une trentaine de startups et jouit d’un rôle de mentor que les jeunes aiment écouter. « Dans les moments difficiles, quand les entrepreneurs se font frapper à la tête, je suis là pour donner des conseils. En cas de crise, je fais souvent l’intermédiaire entre le fonds d’investissement, qui n’assure que l’aspect financier, et l’entrepreneur », explique-t-il. Surtout parce qu’il continue de surmonter les difficultés de l’entrepreneuriat. « Parfois, cela me semble si difficile… mais en fait, c’est parce que je m’y suis habitué. « .

Il aime donner ce conseil aux entreprises qui s’attaquent à des marchés importants. En effet, pour réussir il préfère « être petit sur un grand marché plutôt qu’être grand sur un marché de niche » et il s’inspire de Jacques Veyrat et Xavier Niel : « Pour grandir il faut faire confiance et déléguer, même si la confiance ne fait pas empêcher le contrôle ». Où puise-t-il sa force, seul, à la tête du Groupe Courtin ? « Ce qui m’a rendu fort depuis Santian était différent. Aujourd’hui, ma force est d’être passionné. « .