Chalet de luxe, or, mobilier moderne : 6 bons plans pour votre argent

Photo of author

Découvrez les infos du quotidien grâce à nos rédacteurs chevronnés

Refuge de style à Val d’Isère

Avec le début de la saison de ski, certains rêvent à nouveau d’un lieu de villégiature à la montagne. Construit en 2021, ce chalet contemporain situé à Val d’Isère est susceptible de répondre à cette envie. Cet écrin de sept pièces s’étend sur 370 m2 dont un salon cathédrale et de larges baies vitrées permettant d’admirer un paysage de carte postale. La maison dispose de cinq chambres, d’un hammam, d’une piscine intérieure, d’une cave, d’un garage, d’un local à skis et de terrasses. Athena Advisers propose ce bien à 10 500 000 euros. Le futur propriétaire pourra le rentabiliser en le louant entre 10 000 et 45 000 euros la semaine selon la saison. La dernière étude de l’opérateur Cimalpes indique que Val d’Isère a un prix médian au mètre carré de 17 800 euros, un bond de 11,6 % en un an. Cet acteur prévoit même une nouvelle hausse d’environ 5%. Les frais de notaire (réduits dans les constructions neuves) s’élèvent à 2% et la taxe foncière est d’environ 5 000 euros.

Parier sur le bien-être

Crédit Mutuel Asset Management creuse son sillon dans les fonds thématiques. Après des véhicules axés sur le climat puis sur l’environnement, ce gestionnaire d’actifs commercialise depuis peu Human Care. « Nous adoptons une approche volontairement holistique du bien-être. Et ce sujet concerne tous les âges », précise Marie de Mestier, gérante de ce fonds.

En plus d’une sélection basée sur des paramètres financiers, le gérant filtre également les valeurs avec un « screen » ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance). En conséquence, l’univers d’investissement, strictement européen, est d’environ 250 valeurs. C’est une gamme suffisante pour constituer un portefeuille de 50 lignes. De plus, « nous ne sélectionnons que des entreprises qui sont également soucieuses du bien-être de leurs salariés », souligne Marie de Mestier. Sans surprise, les secteurs d’activité les plus représentés sont la santé (nutrition, compléments alimentaires, diagnostics, traitements pharmaceutiques), les sports et les loisirs. « Il n’y a pas de valeurs technologiques ou de luxe car ces secteurs n’ont aucun lien direct avec le bien-être », ajoute le gérant. « Compatible » PEA et éligible à certains contrats d’assurance-vie, Human Care a des frais d’entrée et de gestion de respectivement 2% et 1,5%.

L’or à la fête en 2023 ?

Cette année, l’or pourrait briller davantage qu’en 2022. C’est la conviction de plusieurs spécialistes du métal jaune. « En ce début d’année, il existe plusieurs scénarios gagnants favorables à l’or », commente Benjamin Louvet, responsable matières premières chez OFI AM. « Si les taux d’intérêt continuent d’augmenter ou cessent d’augmenter, le tout dans un contexte d’inflation élevée et persistante, alors les taux réels chuteront. Ces deux cas sont bons pour le prix de l’or », souligne ce dernier.

De son côté, Laurent Schwartz, président fondateur du Comptoir national de l’or, précise que « le seul contexte pénalisant le métal jaune serait une période de croissance économique avec une faible inflation ». Ce qui n’est pas le cas actuellement depuis une récession se profile. Autre signal positif : les banques centrales croient en ce métal précieux. Elles n’en ont jamais acheté autant, surtout au troisième trimestre 2022, battant ainsi un record en volume datant de 1967. OFI AM est optimiste et envisage un cours de l’once de plus de 2 000 dollars en 2023, contre 1 826 dollars actuellement.Dans une note récente, le directeur de recherche de Standard Chartered avance 2 250 dollars, évoquant un possible effet de vases communicants entre l’or et les cryptos.

Virements en devises étrangères

Voilà une jeune fintech britannique qui vient jouer les trublions dans le petit cercle des acteurs en ligne facilitant les transferts en devises étrangères. Après Wise, Revolut, PayPal, Western Union et MoneyGram, c’est au tour d’Atlantic Money de se lancer. Fondée en mars 2022 par deux anciens de Robinhood, cette société propose depuis quelques semaines un service désormais accessible aux résidents français. Atlantic Money prétend proposer sans vergogne « la solution la moins chère au monde pour les transferts d’argent en devises », précisant qu' »à partir de 1.000 euros, les économies sur les frais de transfert peuvent aller jusqu’à 99% chez les concurrents ».

À Lire  Crédit immobilier : assouplissement en vue ?

Son offre ? Transférez jusqu’à 1 million d’euros dans une autre devise dans les 24 heures pour un forfait unique de 3 € par transaction. Cela évite la « couche » de frais variables prélevés sur le taux de change. A ce jour, ce service propose de transférer des euros dans huit devises : dollars américains, canadiens et australiens, couronnes danoise, suédoise et norvégienne, livre sterling britannique et zloty polonais. Cette liste devrait s’allonger dans les mois à venir. « En attendant le prochain lancement de notre application, cette opération s’effectue depuis notre site », indique Patrick Kavanagh, co-fondateur. Limites de cette offre ? D’abord, pas de virement possible au-delà du million d’euros. Ensuite, la facture s’alourdit en cas de demande de virement instantané. Il faudra alors ajouter un supplément égal à 0,05% du montant transféré.

Riche intérieur parisien

Mettre aux enchères l’ensemble du mobilier d’un hôtel particulier est une opération d’envergure, surtout lorsque ce dernier développe 1 500 m2 sur cinq niveaux. C’est ce à quoi se prépare l’étude Ader. Les 12 et 13 janvier, elle vendra 500 lots à l’Hôtel Drouot d’une résidence parisienne située avenue Foch.

L’ensemble du mobilier de cet appartement de l’avenue Foch est à vendre.ADER

Dans ce copieux catalogue, on trouve notamment 29 lustres, 350 verres (Baccarat et Saint-Louis), 300 assiettes en porcelaine, 200 tapis, ainsi que des objets d’art. « Le propriétaire des lieux avait aménagé son intérieur avec une forte préférence pour les XVIIIe et XIXe siècles et surtout pour l’époque Napoléon III », explique David Nordmann, commissaire-priseur de l’Ader. « Cet ensemble est extraordinaire car il comprend de nombreux objets (tapis, miroirs, vases) offrant de grandes dimensions. Ce qui est assez rare », ajoute l’expert. On retient quelques lots singuliers comme un grand miroir vénitien ciselé du XVIIIe siècle (40 000 à 50 000 euros), une commode de style Louis XVI d’après le modèle livré pour la chambre rose du roi à Versailles (20 000 à 30 000 euros), une décoration d’Art de Demetre Chiparus (10 000 à 15 000 euros) ou des gaines de style Napoléon III (4 000 Les 11 et 12 janvier, l’Hôtel Drouot sera entièrement occupé pour exposer tous les lots avant qu’ils ne soient dispersés.

Epargner sans relâche pour sa retraite

Face à une réforme des retraites bientôt sur les rails avec, à coup sûr, un âge légal de départ à la retraite reporté, un actif doit plus que jamais penser à épargner pour ses vieux jours. Et pour mettre de l’argent de côté, le plan d’épargne retraite (PER) est une solution adaptée. Cette enveloppe propose différents supports en actions (titres vivants, fonds), en immobilier ou en private equity. De plus, il y a un avantage fiscal amical à l’entrée. « Face aux 80 PER disponibles sur le marché aujourd’hui », remarque Jérôme Devaud, directeur général adjoint d’Inter Invest, il faudra sélectionner une enveloppe sur la qualité de ses supports et sur les honoraires pratiqués.