Qu’est-ce qu’une location meublée ?

Qu'est-ce qu'une location meublée ?

Les baux immobiliers sont désormais soumis à la même réglementation que les baux vacants. Mais cela permet quand même d’économiser beaucoup d’énergie.

Les baux possessifs sont soumis à des règles particulières, notamment celles qui s’appliquent aux baux vacants. Dispositions minimales applicables à la location d’un bien à usage d’habitation principale du locataire, figurant dans la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 relative à la location d’habitation (art. 25-3 et s.), et les dispositions applicables à la location d’un les biens faisant l’objet du bail de circulation (art. 25-12 et s.). En revanche, la loi ne réglemente pas les autres types de location de biens, la location temporaire ou l’utilisation comme résidence secondaire. Cette dernière est toujours soumise à la volonté des parties, ainsi qu’aux dispositions générales du Code civil (art. 1714 à 1762). Pour que la maison louée soit propre à la livraison, le locataire doit mettre à la disposition du locataire un logement meublé, lui permettant d’y habiter avec ses effets seulement immédiatement et de manière convenable. Cela sera prouvé, notamment, par la création d’une liste détaillée du mobilier. Les protéines, avec des biens à louer, s’adaptent aux besoins des différents types d’employeurs : étudiants, jeunes actifs, travailleurs qualifiés ou intérimaires, seniors… Elle s’est fortement développée ces dernières années comme celle-ci, notamment dans les grandes villes. Sachez qu’il existe des restrictions légales ou fiscales à la liberté de louer un logement en propriété.

Un logement garni de meubles

Selon la loi, une résidence meublée est définie comme « une habitation décente, meublée en quantité et qualité suffisantes pour permettre au locataire d’y dormir, de manger et d’y vivre d’une manière confortable et appropriée aux besoins de la vie quotidienne » (art. 25-4 de la loi de 1989).

Lisez la suite pour quatre idées de design pour repenser votre intérieur

A partir du 1er septembre 2015, la liste légale du patrimoine limité doit être respectée par l’employeur (ordonnance 2015-981 du 31.7.2015, JO du 5 août). Ainsi, pour être considérée comme une propriété, une maison d’habitation doit avoir au moins les onze éléments suivants de biens et d’équipements :

Attention, si le mobilier ne suffit pas, le locataire court le risque de qualifier son contrat de bail vide. Si tel est le cas, le locataire sera entièrement soumis au régime de sécurité de la loi de 1989, la durée du bail sera portée à trois ou six ans (au lieu d’un an, en général), selon la présence ou non de l’employeur. personne ou entreprise. De plus, les revenus tirés de ce bail seront imposés dans la catégorie des revenus fonciers et non dans l’intérêt des bénéfices industriels et commerciaux, qui sont en principe plus avantageux.

Les meubles doivent être en bon état

Le mobilier n’a pas besoin d’être neuf lorsque le locataire emménage dans la résidence. Mais le locataire doit payer leurs réparations ou rénovations, si nécessaire, au fil du temps Chaque pièce doit être meublée conformément à l’usage auquel elle est destinée, toute la maison doit être immédiatement occupée par l’employeur. Par conséquent, le propriétaire de la maison doit décider de ce qui est nécessaire, en fonction de la disposition de la zone. De plus, les acquéreurs de certains appartements meublés sont très sollicités pour le mobilier et l’entretien de la résidence, notamment le personnel achevé. Le sommeil doit être pur.

Les meubles de confort recommandent la location

En dehors des pièces minimales requises par arrêté du 31 juillet 2015, vous avez intérêt à équiper la résidence de certaines pièces, dites de confort : cafetière électrique, lave-vaisselle, lave-linge, télévision… Tout en dépend. l’espace, la capacité d’accueil et son standing. S’il s’agit d’un grand appartement pouvant accueillir une famille, il est important de prévoir un lave-linge, un lave-vaisselle, une télévision, ainsi que des appareils électroménagers que les locataires s’attendront à trouver. Sinon, vous courez le risque non seulement de prendre le temps de louer votre bien, mais aussi d’avoir régulièrement beaucoup d’argent. Prévoyez également des éléments de décoration tels que tapis, coussins, table basse, tableaux… En revanche, vous n’avez pas besoin de prévoir le linge de maison (papier, serviettes, torchons et torchons de table). N’ignorons pas, les connexions téléphoniques et internet, l’accès aux différents bouquets de chaînes de télévision, des choses très appréciées par les citoyens et qui leur permettent de fidéliser.

La sécurité des meubles protège le locataire

Afin de se qualifier en tant que locataire, la résidence doit être entièrement meublée lorsque le locataire emménage dans la propriété. Par conséquent, l’inventaire du mobilier est important lors de la conclusion du contrat et de la création de l’inventaire. Il s’agit d’un document écrit qui répertorie tous les meubles et électroménagers de la maison, pièce par pièce, et décrit en détail leur état. Il doit être signé par les deux parties et joint au bail.

Le mobilier est une preuve efficace des dommages causés par le locataire.

Cette liste est l’un des principaux critères retenus par la jurisprudence pour qualifier un locataire. En effet, de nombreux tribunaux rejettent cette doctrine fondée sur l’absence de propriété fondée sur les lieux. L’absence de candidature vous expose à un risque accru de requalification de votre bail en bail vacant, du fait de la prolongation du bail à trois ou six ans (au lieu d’un an non), selon que vous êtes un particulier ou une entreprise. Un autre intérêt, vous permet de réclamer le propriétaire du meuble, s’il y a un litige avec le locataire.

Une location à géométrie variable

Une location à géométrie variable

La location d’un bien peut prendre différentes formes, selon sa localisation (zone touristique, ville universitaire), sa stabilité (résidence privée ou résidence de locataires), la durée et la fréquence de location (à l’année et à l’année, à la saison, à la semaine. ), le travail de l’employeur conditions (résidence principale ou secondaire) ou des services complémentaires qui lui sont fournis (logement étudiant, pour personnes âgées). des salaires et a été alimentée par une mobilité accrue de la main-d’œuvre. Etudiants, chefs d’entreprise qui voyagent souvent loin de leur famille, un grand nombre de divorces ou de séparations qui créent des besoins urgents de réhabilitation, des touristes français ou étrangers déçus par l’offre de l’hôtel… des détails dont beaucoup contribuent fortement au développement d’autres locations immobilières. raison de son succès, l’exploitation de la société à charte peut s’effectuer selon différentes réglementations. La plupart des propriétaires l’utilisent de manière non professionnelle (comme une location sans propriété), mais certains en font leur activité principale et acceptent le statut fiscal de société de location de biens (LMP). Ces derniers peuvent choisir le statut de petits entrepreneurs, devenir entrepreneurs individuels, voire créer une société, pour partager leur patrimoine locatif et protéger leur propriété privée.

Loué à usage de résidence principale

Il existe une demande forte et diversifiée de la part des locataires pour louer un logement disposant déjà d’un bien, comme un grand espace de vie. Les étudiants et les jeunes actifs en début de carrière en bénéficient notamment car cela leur permet de se sentir chez eux rapidement, sans investir dans l’achat de mobilier, pour une maison qu’ils n’envisagent pas d’habiter. ça dure très longtemps . , et sans encourir de frais de déménagement. La location de logement est considérée comme une alternative au logement universitaire pour la première place, et permet à ce dernier de pouvoir quitter le logement rapidement si nécessaire, en respectant le délai de préavis réduit à un mois un. Pour le locataire, la solution est également intéressante car elle laisse la possibilité de rendre le logement chaque année. En effet, la durée minimale du bail n’est que d’un an (réduite à neuf mois pour un étudiant locataire), contre trois ans pour un bail vide. Il est vrai que les motifs du congé de retour au logement à la fin de chaque année de location sont énumérés en détail par la loi, mais ces restrictions ne s’appliquent pas lors de l’embauche de l’étudiant. une option à court terme, ce qui explique pourquoi les changements de locataires sont plus fréquents que les baux vides. La location d’un bien à usage d’habitation principale peut concerner une habitation privée ou des dépendances situées dans l’habitation du propriétaire. Il est tout à fait possible de louer une ou plusieurs chambres dans une résidence privée, à usage de résidence principale du locataire. Un système particulièrement apprécié des personnes âgées qui ont des maisons déjà trop grandes, et donc détruisent leur indépendance, alors qu’elles gagnent plus d’argent.

Ventes de mobilité locative courte durée

Les locations à court terme représentent une part importante du marché immobilier. Une location courte durée, dans le cadre d’un bail déménagement, vous donne la possibilité de cumuler des revenus tout en gérant votre bien. Pour un travailleur envoyé dans une autre ville par son employeur pour quelques semaines ou quelques mois, ou pour une formation professionnelle, la location d’un logement meublé est une meilleure option que l’hébergement à l’hôtel. Vous pouvez donc créer un contrat de location à durée déterminée, non renouvelable, au terme duquel vous êtes sûr de récupérer votre bien. Le bail n’est donc pas soumis à toutes les clauses impératives d’un bail à usage de résidence principale du locataire. C’est la loi dite « Élan » n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 qui a institué le contrat de location d’un bien immobilier de courte durée dans le secteur privé (art. 25-12 et suivants de la loi de 1989) ) . Un bail de voyage est conclu pour une durée minimale d’un mois et maximale de dix mois. Ce type de bail est réservé à certains locataires. Au début de l’emploi, ils doivent justifier qu’ils se trouvent dans les situations suivantes : formation professionnelle, études supérieures, contrat d’apprentissage, apprentissage, engagement volontaire dans le cadre de la fonction publique, mutation professionnelle, mission temporaire dans le cadre. dans leur pratique professionnelle.

En savoir plus Combien vaut un bien locatif ?

La location est assortie de services

La location est assortie de services

Un autre type de logement en propriété, le logement locatif dans une résidence-services, peut répondre à une variété de besoins. Le locataire bénéficie, en plus du logement meublé, d’autres services qui varient selon le type de logement (étudiant, entreprise, seniors, etc.). Ce type d’investissement permet au propriétaire de bénéficier d’avantages fiscaux. Le principe est simple : vous achetez un logement dans une résidence et signez une convention commerciale avec la société qui l’exploite. Il se charge de l’ameublement et de la mise à disposition du logement à vos frais, de sa mise en location, de la prestation de services annexes et de son entretien. En effet, vous évitez les soucis et les doutes de l’administration, puisque le loyer vous est dû, que la résidence soit occupée ou non. De plus, le contrat de location signé entre l’opérateur d’hébergement et le locataire, est l’employé responsable de la gestion de la location. Quant à vous, le bail commercial signé avec l’exploitant peut signifier que la plupart des frais (propriété, petites réparations et main-d’œuvre générale) sont à sa charge. Attention cependant à respecter ce plan strict. Par exemple, vous n’avez pas à fournir vous-même des services de location supplémentaires au locataire, ni à charger un professionnel de le faire en votre nom. Dans le cas contraire, vous courez le risque d’être considéré comme un hôtelier, et donc exclu du statut de loueur. Le résident bénéficie de services hôteliers, sociaux et médicaux. L’investissement privé dans ce type de logement est l’une des principales sources de financement de la construction des quartiers résidentiels pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Si le logement est la résidence principale d’une personne âgée, le contrat de location est soumis aux dispositions des articles 25-3 et suivants. de la loi de 1989. Résidences étudiantes. Il est destiné aux étudiants contraints de quitter leur domicile pour poursuivre des études universitaires, ils proposent des services tels que garde d’enfants, accès internet, laverie, cantine, local à vélos, salle de sport… Là encore, le logement en résidence principale d’étudiant (c’est généralement le cas), s’applique les réglementations particulières des articles 25-3 et suivants de la loi de 1989. Résidences commerciales. Situées au cœur des villes, elles sont conçues pour les travailleurs effectuant de longs trajets. L’employeur bénéficie de tous les services (généralement payants) de l’hôtellerie d’affaires : salle de conférence, journaux, internet, photocopieur, salle de sport… Hébergement touristique. Il s’agit de copropriétés situées dans des zones touristiques et offrant des services aux résidents tels que l’hôtellerie, la restauration, la laverie ou encore des installations sportives.

Un cadre juridique contraignant

Un cadre juridique contraignant

Les lois Alur du 24 mars 2014 et Élan du 23 novembre 2018 sont conformes aux dispositions applicables à la location d’un bien immobilier à usage d’habitation principale et à la location de plain-pied et locative sans propriété. En revanche, lorsque le bien mis à disposition n’est pas la résidence principale du locataire ou n’est plus loué dans le cadre d’un contrat de location, le contrat de location étant soumis à la liberté individuelle, les parties doivent décider de leurs droits et obligations. Le Code civil (art. 1714 à 1762) ne s’applique qu’en l’absence d’entente entre l’employeur et l’employeur.

Une résidence est le lieu de résidence principal de l’employeur

Les règles légales pour la location d’un bien à usage de résidence principale sont presque aussi restrictives que pour les locations vides. Le locataire bénéficie du droit de plusieurs lois de protection de la loi 89-462 du 6 juillet 1989 relative à la location résidentielle. Elles s’appliquent aux contrats de location conclus ou renouvelés à compter du 27 mars 2014 (à l’exception des dispositions relatives aux obligations du locataire et du locataire et à l’obligation de remettre le logement en bon état, qui s’applique aux contrats déjà en cours à propos de ce jour-là). Ils incluent, mais ne sont pas limités à :

Celles qui s’appliquent au bien locatif sont les dispositions relatives à la colocation, à l’encadrement des loyers, aux motifs de mise en œuvre de la clause résolutoire ou à une liste de pièces justificatives pouvant être exigées du candidat locataire. A noter que, lorsque la résidence est louée à l’étudiant à titre de résidence principale, la durée de location peut être réduite à neuf mois. De plus, l’employeur de l’étudiant ne bénéficie pas du renouvellement de son bail au bout de neuf mois.

Si le bien est situé dans une zone touristique, il est possible d’embaucher un étudiant de septembre à mai, et une location saisonnière durant l’été.

Le logement est loué en bail mobilité

Les règles juridiques pour la location d’un bien locatif sont presque les mêmes que pour la location d’un bien à usage d’habitation, avec quelques différences notables. Ainsi, le bail mobilité est conclu avec une durée minimale d’un mois et une durée maximale de dix mois, non renouvelable et non renouvelable. Cependant, il peut être prolongé une fois, sans que la durée totale de la location ne dépasse dix mois.

De plus, le locataire ne peut exiger un dépôt de garantie ou un cautionnement entre les colocataires ou leurs garants, le cas échéant. De plus, les loyers sont restitués sous forme de forfait.

La résidence n’est pas la résidence principale de l’employeur

Lorsque le bien n’est pas la résidence principale du locataire ou n’est plus loué à titre locatif, le régime juridique s’assouplit. C’est la liberté du contrat qui existe et les parties fixent librement la structure de leur relation dans l’accord qu’elles ont créé : la durée du bail, la répartition des loyers, les frais d’entretien et de réparation, le temps et le type de vacances, la révision des conditions du loyer… du Code civil (art. 1714 à 1762) opère alors de manière complémentaire, lorsque les parties ne s’entendent pas sur un certain point. Évidemment, cette flexibilité est un atout pour l’employeur. Il joue principalement dans l’emploi saisonnier.

Les frais associés au compteur d’eau, tels que le relevé ou la location et que le compteur soit général ou individuel, sont à la charge du locataire. Cependant, le coût d’achat ou de remplacement du compteur doit être assumé par le propriétaire.

Quelles sont les charges à la charge du locataire ?

Quelles sont les charges à la charge du locataire ?

L’eau est nécessaire pour l’entretien régulier des parties communes, y compris le centre de traitement. L’eau est nécessaire pour l’entretien normal des espaces extérieurs. Produits nécessaires au fonctionnement, à l’entretien et au traitement de l’eau. Alimentation de toute sorte.

Quels sont les frais pour le propriétaire ? En règle générale, les frais de propriétaire sont d’environ 30%. En effet le loyer couvre rarement toutes les charges sauf en cas de bonne trésorerie. Comme pour les achats individuels, si vous êtes propriétaire de la maison, vous devrez vous acquitter de la taxe foncière.

Quelles charges ne sont pas imputables au locataire ?

Coûts de la main-d’œuvre Par conséquent, les coûts que vous engagez pour faire fonctionner le logement sont des coûts qui ne peuvent pas être récupérés. Travaux majeurs réalisés dans un quartier résidentiel (réfection de plancher, par exemple) ou dans une copropriété (réparation de façade, remplacement de toiture, dératisation …)

Comment se passe la location d’un appartement meublé ?

Une maison est considérée comme une propriété si le locataire peut y emménager sans avoir à apporter de meubles. Par conséquent, tous les aspects importants de la vie quotidienne doivent être présents. La liste des meubles qui seront fournis à votre locataire est fixée par la loi.

Quels sont les avantages fiscaux de la location immobilière ? Deux régimes fiscaux sont possibles : Le régime micro-BIC vous permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire de 50% des revenus locatifs. Si vous louez un tour de luxe ou un bed and breakfast, la réduction effective est de 71 %.